piscine-molitor-paris-zigzag

On connaît Molitor pour ses superbes bassins et son hôtel de luxe en plein coeur du 16e arrondissement de Paris. Mais le complexe n’a pas toujours été un lieu privé et élitiste. Retraçons l’histoire d’un symbole de Paris qui a connu trois périodes différentes.

molitor-paris-zigzag

La piscine municipale la plus courue de Paris

Alors que la municipalité de Paris se lance dans la création d’un grand ensemble sportif dans l’ouest parisien, la piscine Molitor ouvre ses portes en 1929. Roland Garros, le stade Jean Bouin, le Parc des Princes, puis la multiplication de commerçants dans le quartier d’Auteuil prennent part au gigantesque chantier qui veut dynamiser cette partie de Paris. Dès son ouverture, la piscine a l’ambition de devenir la plus fréquentée de Paris, à l’heure où les congés payés ne sont pas encore au goût du jour. Afin qu’ils puissent s’évader sans sortir de la ville, les Parisiens viennent profiter du bassin d’été pendant les beaux jours et du bassin d’hiver le reste de l’année. Mais toute l’ingéniosité du lieu réside dans la transformation du premier bassin en patinoire pendant les périodes de froid. C’est l’architecte Lucien Pollet qui est choisi pour construire le bâtiment dans un style Art Déco: le défi est relevé notamment grâce à sa collaboration avec Louis Barillet qui vient apposer de superbes vitraux figuratifs.

Louis-barillet-paris-zigzag
Vitraux de Louis Barillet, reproduits à l’identique lors des travaux de reconstruction

Temple de l’underground parisien

Après des années de résistance, la piscine ferme en 1989 suite à des difficultés financières. C’est à ce moment- là que les taggeurs viennent s’emparer du lieu pour poser leur blaze, d’abord sur les murs extérieurs, puis dans les bassins vides, sur les rambardes et les murs intérieurs. Un véritable atelier à ciel ouvert se met en place et certains noms de la scène street-art se distinguent: Monsieur Chat, Katre, Kashink… La police peine à attraper les “vandales” et finit par abandonner la distribution d’amendes. Alors que pendant sa première vie, Molitor organisait des fêtes, concours de beauté et de danse, l’endroit est devenu par la suite un lieu privilégié pour des défilés de mode ou des Rave-party.

molitor-underground-paris-zigzag

La renaissance d’une piscine, mais pas que

Finalement, la mairie de Paris laisse en 2011 à AccorHotels et Colony Capital le soin de recréer le lieu. Un seul mot d’ordre: L’authenticité. Le parti pris par ces groupes est alors de reconstruire la piscine d’origine à l’identique, tout en y ajoutant 124 chambres et suites, un restaurant, un spa et même une galerie d’art. C’est l’aspect balnéaire qui prédomine dans l’esthétique générale des deux bassins: le bassin d’été prend la forme d’un paquebot prêt à prendre le large, entouré des fenêtres des chambres d’hôtel qui rappellent des hublots. On peut même remarquer une bande granuleuse de couleur ocre évoquant du sable autour de la piscine. Tout un dispositif, en somme, pour s’isoler du brouhaha de la ville. Le bassin d’hiver voit réapparaître quant à lui ses fameuses cabines bleues qui accueillent désormais des oeuvres d’art : une suite de fresques remarquables d’artistes qui taguaient dans l’illégalité la plus totale 20 ans plus tôt.

Molitor

A lire également:
La piscine Molitor se met au street-art
Les piscines parisiennes où bronzer en plein air
Les lieux cultes de Paris qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités