francois-1er-paris-zigzag

Il est considéré comme la figure importante à l’origine du développement des arts et des lettres en France pendant le XVIe siècle. Mais s’il demeure comme un roi emblématique de la Renaissance, François Ier a connu une mort peu digne de son statut, au terme d’une histoire assez rocambolesque.

francois-premier-paris-zigzag

Le roi, fort de son statut d’amoureux de la chair et de fêtard invétéré, a vécu une vie plutôt agitée. En effet, le règne de ce dernier a été rythmé par un bon nombre d’évènements festifs et de plaisirs auxquels la cour s’adonnait avec joie. Si la fièvre couplée à une fistule sont historiquement évoquées comme les causes principales du décès officielles du roi, c’est bien la vie sentimentale tumultueuse de François Ier qui l’a mené au trépas.

portrait-francois-1er-paris-zigzag

L’histoire est cocasse, jugez-en par vous-même… Le souverain courtisait en effet la femme d’un avocat de Paris, connue sous le nom de “Belle Ferronnière“. Si la belle refusa premièrement les avances du roi, elle tomba finalement sous son charme et se donna à lui. La rumeur se répandit rapidement dans la cour et le mari de la concernée eut rapidement vent de ses aventures extra-conjugales.

belle-ferronniere-paris-zigzag

Fou de rage, le mari cocufié planifia sa vengeance, et pas qu’à moitié. Il s’en alla effectivement de maisons de passe en maisons de passe dans un but précis, celui d’attraper la syphilis… Une fois sa mission menée à bien, il s’empressa de retrouver sa femme en faisant mine de ne rien savoir de sa liaison. S’en est suivi l’inévitable : la Belle Ferronnière attrapa l’infection et la passa au roi.

La légende dit alors que l’illustre François Ier fut emporté par la maladie, dans une puanteur épouvantable… Et ce n’est qu’en 1601, 54 ans après sa mort, que cette version des faits apparut.

À lire également :
La fistule anale de Louis XVI est à l’origine de l’hymne Britannique
Les plus beaux vestiges du Moyen-Âge à découvrir à Paris

Les prochaines visites guidées