Balzac-Rodin-Paris-ZigZag

Qui aurait pu imaginer qu’un jour on ne puisse pas apprécier le travail d’Auguste Rodin ? Ce fût pourtant le cas de la statue de Balzac réalisée par Rodin. Les commanditaires de la statue, la Société des Gens de Lettres (SGL), n’ont pas du tout apprécié l’oeuvre. Pourtant la statue est devenue un symbole de la sculpture moderne !

Avec l’appui d’Émile Zola

Romanesque comme son modèle, le Balzac de Rodin suscita rebondissements et controverses ! La commande initialement passée en 1891 entre la Société des Gens de Lettres et le sculpteur Henri Chapu n’aboutit malheureusement pas. L’artiste mourut avant d’avoir fini son oeuvre. Le bébé fût donc confié à Auguste Rodin avec l’appui d’Émile Zola alors président de la SGL.

Pour Balzac, Rodin désirait quelque chose de nouveau, loin d’une représentation “académique” comme le prévoyait Henri Chapu avec une sculpture d’un Balzac assis, l’air concentré avec une allégorie du théâtre à ses pieds. Rodin, quant à lui, souhaitait exprimer l’élan qui anime un tel génie. Investi, Rodin se rendit d’ailleurs plusieurs fois en Touraine d’où est originaire Balzac en quête d’un sosie. Car comme beaucoup d’autres auteurs ou artistes déterministes, Rodin était convaincu que l’origine géographique déterminait la physionomie d’un homme.

Balzac-statue-Paris-ZigZag
Portrait d’Honoré de Balzac

Un travail de recherche acharné ! 

Il finit par faire poser un voiturier du côté de Tours. Se basant sur de nombreuses représentations de Balzac faites de son vivant et les traits du voiturier, Rodin obtint ainsi une statue au visage très expressif. A la présentation de l’oeuvre en 1898, le comité de sélection ne reconnut simplement pas l’écrivain !

L’artiste avait conçu un Balzac étranger, ayant l’attitude d’un lutteur semblant défier le monde. Il lui avait mis, sur ses jambes très écartées, un ventre énorme. S’inquiétant plus de la ressemblance parfaite que de la conception que l’on a de Balzac, il l’avait fait choquant, difforme, la tête enfoncée dans les épaules“, confie même un membre de la SGL. La SGL refusa même de payer l’artiste et confia le projet à un autre sculpteur, Alexandre Falguière.

Balzac-Rodin-Raspail-Paris-ZigZag

Exposée dans de nombreux salons, l’oeuvre de Robin bénéficia d’une aura internationale. Pour certains, elle exprime parfaitement la problématique de la liberté artistique dans le cadre d’une commande publique. L’oeuvre a finalement trouvé sa place sur le boulevard Raspail à Paris et ses adeptes ! “Il fallait bien une puissance comme Rodin, pour donner forme et pétrir Balzac, le grand pétrisseur d’hommes“, confia Mirbeau dans une tribune.

À lire également :
Les ateliers d’artistes à visiter à Paris 
Le restaurant de Balzac
Des fontaines de 13 mètres de haut sur les Champs-Élysées 

Les prochaines visites guidées