Les réverbères, une invention parisienne !

lanternes-paris-zigzag

Jusqu’à pas si longtemps, les Parisiens, dès la nuit tombée, étaient plongés dans une obscurité quasi-totale. Il a fallu attendre le XVIIe siècle pour que le premier système d’éclairage public fasse son apparition. Et, cocorico, c’est aux autorités parisiennes que l’on doit cette transformation urbanistique révolutionnaire…

De la bougie à la lanterne

Il y a fort longtemps, circuler la nuit dans les rues sinueuses et coupe-gorge de Paris s’apparentait à un véritable parcours du combattant. Qui plus-est, un couvre-feu était souvent imposé par les autorités municipales pour éviter les bruits, chapardages et beuveries jusqu’au bout de la nuit ! Seules quelques maisons bourgeoises étaient éclairées, au moyen de grands bougies. De même, seuls les soldats du guet -c’est-dire des hommes chargés de l’ordre public- pouvaient éclairer leur chemin au moyen d’une torche, du fait de leur fonction afférente.

Malgré ces dispositions prises par les autorités pour empêcher toute vie nocturne, l’insécurité se faisait néanmoins palpable, notamment aux abords de certaines tavernes, situées dans les quartiers malfamés de la capitale. Pour répondre aux troubles à l’ordre nocturne, le Lieutenant général de Police de Paris, Gabriel-Nicolas de La Reynie, (ancêtre de notre actuel ministre de l’intérieur, Christophe Castaner) imposa, en 1667, l’installation d’un réseau de lanterne dans la plupart des rues.

A partir de cette date, lorsque vous reveniez de « soirée », il était fréquent de rencontrer sur votre passage des « allumeurs de chandelles ». Désignés chaque année parmi les habitants d’un quartier, ces hommes étaient en effet diligentés par la Police parisienne pour rallumer les lanternes éteintes et ainsi assurer un éclairage minimal des rues parisiennes.

lanternes-paris-zigzag-3
@ Gallica dessin d’une lanterne sue trouvant sur la place Louis-le-grand (actuelle place Vendôme), en 1699

La “révolution” des réverbères

Dans la seconde moitié XVIIIe siècle, en 1766, une étape considérable fut franchie sous l’impulsion du Lieutenant général de Police, De Sartine. Grâce à l’introduction du réverbère fonctionnant non plus à la bougie mais à l’huile, l’éclairage public gagna en efficacité, et les chiffres de l’insécurité baissèrent comme par enchantement ! Dissuadés par la lumière, les fripons et autres mauvais-garçons de la capitale ne purent poursuivre sereinement leur commerce illicite et rentrèrent dans leur tanière… Pour l’anecdote, les lanternes parisiennes serviront, à la Révolution, d’instrument de pendaison des nobles : au cris de “à la Lanterne !” des nobles ou des curés étaient attrapés et pendus sauvagement aux lampadaires…

réverbères-paris-zigzag
La place Louis XVI, en 1829, Par Giuseppe Canella

Enfin, ce sera au XIXe siècle, qu’adviendront les mythiques réverbères fonctionnant au gaz, et dont Paris garde encore de nombreux modèles dans les anciens quartiers. La ville-Lumière était née !place-furstenberg

A lire également :
balade sonore au cœur du XVIIIe siècle 
Le Paris de Louis XIV 
Les plus beaux réverbères de Paris 

Crédit photo de une : Pexels @Laura Stanley

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités