Marie-antoinette-paris-zigzag

L’image de la reine de France Marie Antoinette (1755-1793) est très fréquemment associée à la frivolité, au luxe et à la démesure, comme en témoigne le fameux biopic réalisé par Sofia Coppola en 2006. En cela, la capitale parisienne fut le théâtre des nombreuses sorties mondaines de la reine, mais aussi son terrible lieu d’exécution… Retraçons ensemble la vie parisienne de Marie Antoinette par des anecdotes aussi fascinantes et insolites les unes que les autres.

Entre Versailles et Paris, le quotidien très « mondain » de Marie-Antoinette

Arrivée en France en 1770 pour se marier avec le roi Louis XVI, l’Autrichienne Marie-Antoinette ressent très vite la pesanteur de l’étiquette curiale, et souhaite fuir les exigences liées à son rôle de reine. Afin de s’accorder des moments de détente en dehors du très corseté château de Versailles, celle-ci n’hésite pas à se rendre à Paris, capitale en pleine effervescence et haut-lieu culturel européen à la fin du XVIIIe siècle. Les sorties de Marie-Antoinette se concentrent alors principalement vers le Paris « branché » : elle assiste à des représentations au théâtre de l’Odéon (notamment aux pièces mises en scène par son ami Caron de Beaumarchais), ou encore à des bals costumés organisés dans des hôtels particuliers du Marais ou du faubourg Saint-Honoré

Pour satisfaire son luxueux train de vie, Marie-Antoinette n’hésite pas à dépenser des sommes folles, notamment dans la décoration du palais des Tuileries qu’elle aménage en pied à terre parisien de luxe (presque 10% du budget de l’Etat était alors consacré aux dépenses personnelles de la famille royale !). De même, Marie-Antoinette possède ses petites adresses dans lesquelles elle aime se rendre chaque semaine : dans l’actuel 1er arrondissement de Paris subsiste ainsi le salon de thé où Marie-Antoinette adorait déguster les confiseries à la mode !

Nina-paris-zigzag
Nina’s Paris, le salon de thé préféré de Marie Antoinette

Le Paris de Marie-Antoinette, du lieu d’évasion à la prison mortifère…

Dès les années 1780, Marie-Antoinette fut au cœur de nombreux scandales et polémiques ; on lui prêta notamment des relations extra-conjugales avec pas moins de huit amants, que la reine rencontrait, selon les mauvaises langues, dans les buissons du jardin du domaine de Bagatelle. En outre, les Parisiens ont le souvenir de ce terrible jour de mai 1770, lorsque 132 hommes et femmes du peuple venus assister aux festivités liées au mariage de Marie-Antoinette et du futur Louis XVI, périrent dramatiquement lors d’un mouvement de foule survenu sur la place Louis XV (actuelle place de la Concorde).

De façon corrélée à une conjecture politique tendue pour le pouvoir royal dans les années 1780, Marie-Antoinette est de plus en plus impopulaire. En cela, il faut évidemment évoquer le tragique destin de Marie-Antoinette dans les prisons révolutionnaires parisiennes. D’abord enfermée dans la prison du Temple avec sa famille et le roi, la reine déchue sera séparée de ses enfants à partir de septembre 1792 et conduite dans les sombres geôles de la Conciergerie, sur l’île de la Cité. Enfin, Marie-Antoinette sera guillotinée sur la place de la Révolution (renommée depuis place de la concorde) le 16 octobre 1793.

conciergerie-paris-zigzag
Flicker @madras91

De la mondanité à l’obscurité de la prison, la Parisienne Marie-Antoinette connut ainsi un rapport ambivalent avec la capitale, à la fois centre de ses activités récréatives et centre de la contestation à son égard. Etre reine de France n’était pas de tout repos !

A lire également :
Les fêtes et les drames de la place de la Concorde
On peut enfin visiter le domaine privé de Marie-Antoinette au Château de Versailles !

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités