Petite histoire de la rue Daguerre, le quartier général des artistes

Depuis 1867, cette charmante rue du 14e arrondissement porte le nom de l’inventeur de l’appareil photo (appelé le daguerréotype) : Louis Daguerre. C’était peut-être un signe sur sa destinée, puisqu’elle est devenue au 20e siècle le repaire de nombreux artistes, peintres, sculpteurs et bien sûr photographes ! Aujourd’hui c’est encore l’un des axes les plus animés du quartier.

Une voie très ancienne

Cette rue existait déjà en 1730, lorsque ce territoire faisait partie de la commune de Montrouge et non pas encore de Paris. Il s’agissait alors d’un petit chemin, qui fut appelé ensuite “rue de la Pépinière” car il s’y trouvait une grande exploitation de plantes exotiques et d’ornement. Puis la pépinière laissa sa place aux immeubles et la rue prit le nom de Louis Daguerre, le père de la photographie (avec Nicéphore Niépce bien sûr !).

La rue Daguerre dans les années 1890
La rue Daguerre dans les années 1890 © Musée Carnavalet (domaine public)

Le rendez-vous des artistes

Au début du 20e siècle, Montparnasse est le quartier parisien à la mode fréquenté par tous les artistes en vogue : nombre d’entre eux s’installent alors à quelques pas de là, dans la rue Daguerre. Les sculpteurs Guino et Takis y ouvrent leur ateliers tandis qu’Alexandre Calder séjourne à l’hôtel du n°22. Les peintres Toshio Bando, Vignoles, Langlois, Legros, Jaffe et Hayter travaillent aussi ici, tout comme le photographe Roger Parry, ou encore Agnès Varda qui restera pendant 70 ans dans sa maison du n°86.

Guino dans son atelier
Richard Guino dans son atelier de la rue Daguerre au début des années 1910 © Gervais Bougourd

Un haut-lieu de la création

Sa société de production quant à elle est toujours au n°83, non loin d’un atelier de conservation et de restauration d’oeuvres d’art et d’un atelier de maroquinerie (au n°63), ainsi que d’un studio de photographie (au n°56). Mais les artistes et artisans n’ont pas été les seuls à être inspirés par ici : c’est aussi rue Daguerre que fut développée la sécurité sociale ! Par le ministre du travail d’après guerre (1945-1947), Ambroise Croizat, qui vécut jusqu’à sa mort au n°79.

La rue Daguerre au coucher du soleil
La rue Daguerre au coucher du soleil © Tommie Hansen

À lire également : Le passage génial de Jimi Hendrix rue Daguerre

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités