Petite histoire des illuminations de Noël à Paris

« Paris est une fête » comme le titrait Ernest Hemingway ! Et c’est encore le cas en 2021 malgré les conditions particulières dues à la crise sanitaire : il est, encore cette année, possible de voir l’avenue des Champs-Élysées ou la place Vendôme se parer de ses plus belles lumières. Mais, au fait, depuis quand la ville de Paris brille-t-elle à Noël ? 

De la lumière pour une population en sécurité

L’avenue des Champs-Élysées en 2016 c’était 800 000 LED et 400 projecteurs mis en place pour le mois traditionnel des illuminations de Noël. L’éclairage public ne nous surprend plus aujourd’hui, mais il faut savoir qu’il a pris place très progressivement dans l’espace urbain ! Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que l’éclairage électrique est installé, mais uniquement dans les lieux très fréquentés tels que les sorties de théâtre ou les promenades publiques. Il faudra attendre l’exposition internationale d’électricité de 1881 pour que “la fée électricité” commence à être perçue comme un service universel.

Depuis l’invention du réverbère en 1763 à la suite d’un concours lancé par le royaume de France, les innovations ne cessent de voir le jour. En 1766, environ 7000 lanternes à bougies éclairent Paris, en 1830, 6000 lampadaires au gaz sont installés. Comme l’explique Simone Delattre, dans son ouvrage Les Douze Heures noires : La nuit à Paris au XIXème siècle, l’éclairage des rues va aller de pair avec l’idée « de civilisation, de souveraineté, de démocratie, de réjouissance, de luxe, de sécurité, de salubrité, de modernité » : les petites rues étroites et sombres sont petit à petit éclairées, les personnes malintentionnées ne peuvent plus agir dans l’obscurité ! Ainsi on observe une nette réduction des homicides et des histoires mystérieuses dans Paris… de là à éclairer les rues juste pour faire joli, il n’y a qu’un pas !

Le Palais de l’Électricité de l’Exposition Universelle de 1900

La lumière : outil commercial et joyeux

Pour les boutiques, la lumière devient pourtant assez vite un outil de publicité redoutable : elle permet d’attirer le regard des passants et les invite à venir admirer l’intérieur. En 1840, la place de la Concorde et les Champs-Élysées sont embellis, les contre-allées enfin éclairées. Les lumières deviennent également symbole de fête, de réjouissances. Thomas Edison élabore la première guirlande électrique en 1882 : les décorations lumineuses sont nées et deviennent très rapidement une tradition à Noël.

Les vitrines des célèbres magasins Macy’s à New York s’illuminent en 1884, et les décorations sont encore aujourd’hui une attraction attendue dans la ville. Les Grands Magasins français suivent : en 1883, c’est Le Printemps qui est le premier à être uniquement éclairé à l’électricité. Léon Gimpel immortalisera les illuminations de Noël de Paris des années 1925-1930 par une série de clichés des Magasins : le BHV Marais, les Galeries Lafayette, la Samaritaine ou encore le Bon Marché sont pris en photo et illuminent encore aujourd’hui les yeux des passants.

Léon Gimpel, collection Société française de photographie
Léon Gimpel, collection Société française de photographie

À lire également : Pourquoi les toits de Paris sont-ils gris ?

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités