porte-cachée-jpd-paris-zigzag-2

Dans la cour d’un immeuble d’habitation de la rue du Borrégo, dans le XXe arrondissement, se cache un petit auvent abritant une porte de cellule et une grille provenant de l’ancienne prison de la Grande Roquette qui servait de “Dépôt des Condamnés”. Comment cette porte, unique vestige de l’immense prison de la rue de la Roquette, s’est-elle retrouvée là, à trois kilomètres de son lieu d’origine ?

Les otages de la Commune de Paris

L’histoire de cette porte est directement liée à celle de l’Église Notre-Dame-des-Otages, située quelques mètres plus loin, et à celle de la Commune de Paris. Le 26 mai 1871, pendant la Semaine Sanglante, une soixantaine de fédérés se rend à la prison de la Grande Roquette où sont détenus près de 200 “otages du peuple de Paris”. 49 de ces otages, parmi lesquels des pères Jésuites, sont sortis de leur cellule et emmenés jusqu’au siège du deuxième secteur de la Commune, au 85 de la rue Haxo. Ils y seront assassinés : fusillés par un peloton d’exécution selon certains, massacrés par la foule selon d’autres.

porte-cachée-jpd-paris-zigzag

porte-cachée-jpd-paris-zigzag-2

Un hommage des Jésuites aux otages

Quelques années plus tard, à la fin du XIXe siècle, les Jésuites décident d’acheter le terrain où se sont déroulés les événements du 26 mai 1871 afin d’y élever une chapelle en mémoire des otages exécutés. À la même époque, ils acquièrent le terrain de la prison de la Grande Roquette sur le point d’être détruite. Ils font démonter trois cellules anciennement occupées par des pères jésuites exécutés ce jour-là et les font transférer près de la rue Haxo.

La chapelle, plusieurs fois détruite et reconstruite, se trouvait à l’emplacement de l’actuelle église Notre-Dame-des-Otages qui lui a succédé en 1936. Les cellules, quant à elles, ont été détruites dans les années 50 : il ne reste aujourd’hui que la porte et la grille de l’une d’elles, ainsi qu’une dalle commémorative où est gravée l’histoire de ces otages.

51, rue du Borrego, 75020
Metro : Saint-Fargeau (ligne 3bis), Porte des Lilas (lignes 3bis, 11)

Crédit photos : JPD – Paris Bise Art

Cyrielle Didier