Pourquoi n’y a t-il pas la moindre rue Robespierre dans Paris ?

Pourquoi n'y a-t-il pas de rue Robespierre dans Paris ?

Cette absence pourrait en surprendre plus d’un, ne serait-ce que par la dimension historique du personnage. Né en 1758, Maximilien de Robespierre renvoie sans difficulté à l’une des pages historiques les plus importantes de France et de Paris. Celui qui fut député de Paris et membre du Comité de salut public est en effet perçu comme un acteur essentiel de la Révolution Française.

On constate donc qu’il est l’un des rares révolutionnaires à n’avoir aucune rue à son nom dans Paris. Des rues Robespierre existent pourtant dans plusieurs villes en France, comme à Montpellier ou à Toulouse. La Ville de Paris lui avait pourtant attribué une place (du côté de la rue St Honoré) mais celle-ci sera finalement débaptisée en 1950. À l’exception d’une station de métro en banlieue parisienne (sur la ligne 9), Robespierre a donc disparu des radars dans la capitale.

Selon les grandes instances de Paris, la raison de cette absence renvoie tout simplement à l’Histoire avec un grand H. Pour beaucoup, Robespierre, c’est avant tout l’homme de la Terreur, cette période particulièrement sanglante de la Révolution Française où se succédèrent les exécutions.

Comme pour de nombreuses figures historiques, Robespierre peut cependant compter sur la présence de fervents soutiens. Ces derniers s’étonnent notamment du fait que d’autres personnages historiques tout aussi controversés, comme Danton ou Malesherbes, aient eu droit à cet honneur. Parmi les autres soutiens, on dit de Robespierre qu’il s’est beaucoup battu en faveur de l’égalité des droits pour les juifs et contre l’esclavage. On lui attribue aussi la première formulation du triptyque «Liberté, Egalité, Fraternité», qui deviendra la devise de la République en 1848. Enfin, c’est lui qui aurait réclamé dès 1791, l’abolition de la peine de mort. Mais pour beaucoup, Robespierre serait avant tout un « buveur de sang », un « monstre ». Des termes très utilisés par les fondateurs de la IIIe République, preuve que ce débat agite la capitale depuis un long moment déjà…

Photo de couverture : depuis 1937, la ville de Toulouse accueille une rue Robespierre

À lire également : 
Comment attribue-t-on les noms des rues à Paris ?

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités