La Bastille, le Grand Châtelet, la Conciergerie, Saint-Lazare, la Salpêtrière… mais encore des moins connues comme le Bicêtre, la prison de l’Abbaye ou du Cherche-Midi, celle du Temple ou de la Roquette… Au fil du temps Paris a compté de nombreuses prisons : 18 au total. Aujourd’hui, il n’en reste plus… qu’une ! La Prison de la Santé, dans le 14ème. Et encore, cette prison construite à la fin du 19ème siècle est en ce moment fermée pour des travaux de rénovation qui se poursuivront jusqu’en 2019. Certaines prisons disparues, comme la Bastille, ont marqué l’Histoire, mais que sont donc devenus les plus grands bagnes parisiens ?   

La Prison de la Bastille 

C’est bien connu, cette célèbre forteresse a été détruite le 14 juillet 1789, date de notre Fête Nationale. Sa construction remonte au 14ème siècle. La Bastille était une prison plutôt “confortable”, réservée aux personnes de qualité et aux intellectuels. Montaigne, Voltaire, le Marquis de Sade ou encore le mystérieux Masque de Fer y furent enfermés. Elle comprenait 42 cellules, dans lesquelles les prisonniers mangeaient tous les jours “à la table du gouverneur de la Bastille”. C’est-à-dire que les prisonniers bénéficiaient du même repas que lui. Plutôt sympa non ? La Prison était située sur l’actuelle Place de la Bastille au niveau du Faubourg Saint-Antoine, une rue très dynamique et commerçante. A cet endroit, un pavage spécial a été dessiné pour retracer sur le sol les contours de la forteresse.

la-bastille-prisons-parisiennes

La Prison du Grand-Châtelet 

Cette forteresse a été construite sous le règne de Louis VI, au 12ème siècle. Elle a été démolie au début du 19ème siècle. Pour le coup, contrairement à la Bastille, cet endroit était considéré comme sinistre, et comme “l’endroit le plus fétide de la capitale”. Au moment de la Révolution, les détenus du Châtelet avaient la réputation d’être de grands criminels. A l’époque, les emprisonnements étaient tarifés, c’est-à-dire que les prisonniers devaient payer leurs nuits en prison, un peu comme à l’hôtel ! Molière fût enfermé dans le Châtelet en 1645. La Prison a été démolie en raison de son état et des conditions de détention, et a donc été remplacée par l’actuelle place du Châtelet.

le-grand-chatelet-prisons-parisiennes

La Conciergerie

La Prison de la Conciergerie occupait le rez-de-chaussée du Palais de la Cité, résidence et siège du pouvoir des rois. Cette prison était considéré comme l’antichambre de la mort : peu en sortaient vivant. C’est ici que Marie-Antoinette vécut ses derniers moments. Aujourd’hui, une grande partie du Palais de la Cité est réservée au Palais de Justice de Paris. Ce lieu est ouvert au public, de nombreuses expositions y sont organisées. On peut y trouver une reconstitution des geôles révolutionnaires, et donc celle de Marie-Antoinette.

la-conciergerie-prisons-parisiennes

La Prison Saint-Lazare

Contrairement à ce qu’on peut imaginer, la Prison Saint-Lazare n’était pas du tout située dans l’actuel quartier qui porte le même nom, puisqu’elle se trouvait dans le 10ème arrondissement au numéro 107 de la rue du Faubourg Saint-Denis. Cette prison était la “prison des fils de famille”, c’est-à-dire qu’elle était en partie réservée aux épouses et jeunes débauchés enfermés sur la demande de leur famille. La prison ferme ses portes en 1927 et devient en 1930 “La maison de santé Saint-Lazare”.  Il y a maintenant plus de 15 ans, l’hôpital a lui aussi fermé ses portes. En lieu et place, c’est la médiathèque Françoise Sagan qui y a été inaugurée en 2015.

saint-lazare-prisons-parisiennes

La Salpêtrière 

Difficile à croire mais le célèbre hôpital situé dans le 13ème arrondissement était avant une prison. L’établissement fût construit en 1656 sous le Roi Soleil. A la base, c’était un hôpital dans lequel on fabriquait de la poudre pour les munitions, mais aussi un endroit de “renfermement” des mendiants. 30 ans plus tard, on y ajouta une “maison de force” pour les femmes, c’est-à-dire un lieu de détention pour les femmes. A la veille de la Révolution, la Salpêtrière abritait 10000 personnes, dont 300 prisonnières. Aujourd’hui, la Salpêtrière n’est plus une prison, mais seulement un hôpital.

la-salpetriere-prisons-parisiennes

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail