Tandis que l’exposition au musée du Luxembourg dédiée à Alphonse Mucha, artiste emblématique de l’Art nouveau, s’apprête à fermer ses portes le dimanche 27 janvier, nous avons eu envie de dédier un article à ce mouvement artistique pas forcément très connu du grand public. Rendez-vous pour une immersion architecturale dans l’univers Art Nouveau !

L’Art nouveau, Kézako ?

À ne pas confondre avec l’Art déco, l’Art Nouveau, né à la fin du XIXème siècle en Belgique, se caractérise par son appréciation des courbes rappelant les courbes féminines, un goût pour les végétaux et autres motifs fleuris particulièrement raffinés. Il s’est surtout matérialisé dans les arts décoratifs et l’architecture.

Paris est un témoin privilégié du passage de la fièvre Art nouveau : en effet, le nom même du mouvement est donné d’après un boutique parisienne, “la maison de l’Art Nouveau”, ouverte en 1895 par le marchand d’Art allemand Siegfried Bing. Certaines façades de la capitale sont aisément reconnaissables à leurs lignes courbes, mais aussi à leurs couleurs, car l’Art Nouveau avait le goût des bleus, verts et dorés flamboyants. Exubérant dans l’âme, ce mouvement aussi bref que fulgurant fut rapidement ringardisé par le très géométrique Art déco, à l’orée la Première Guerre Mondiale. Quelques lieux emblématiques subsistent néanmoins et méritent le détour !

La Samaritaine, témoin majeur du faste de l’Art Nouveau

au 75 rue de Rivoli, réminiscence du faste du style Art nouveau
au 75 rue de Rivoli, réminiscence du faste du style Art nouveau

La Samaritaine, historique enseigne de luxe répartie dans quatre édifices des quartiers chics de Paris, représente une partie du patrimoine architecturale du début du siècle dernier. Près de l’Opéra, on notera d’abord la façade située au au 25-29 boulevard des Capucines. Ferronneries bleu turquoise, bandeaux de mosaïques dorées, motifs floraux délicats : tout l’esprit Art nouveau est là, magnifié par Frantz Jourdain et Georges Bourgneuf pour la famille Cognacq-Jay. Aujourd’hui, les locaux appartiennent à une banque !

On poursuit la balade rue de Rivoli, où la façade a également été dessinée par Frantz Jourdain. Ici, on retrouve les motifs floraux, dans les tons blancs, ainsi que les frontons métalliques caractéristiques des stations de métro telles que celle des Abbesses, de couleur bronze et jaune. Bien que le nom de Samaritaine ait été conservé, on retrouve désormais un enseigne cosmétique bien connue. Les façades de la Samaritaine sont aujourd’hui classées.

La Samaritaine – 25-29 Boulevard des Capucines, 75002 – 75 rue de Rivoli, 75001

Le Musée d’Orsay et ses collections uniques

Salle à manger de la propriété Bénard par Alexandre Charpentier
Salle à manger de la propriété Bénard par Alexandre Charpentier

Pour les adeptes d’intérieurs, le Musée d’Orsay propose une très belle collection dédiée aux meubles et objets de style Art Nouveau. Reconstitutions de pièces, bijoux, cadres, vitraux… Cette partie peu connue du grand musée parisien est une remontée dans le temps très immersive !

Musée d’Orsay, 1 rue de la légion d’honneur, Paris 7

Les Bouillons, l’Art Nouveau côté assiette

bouillon-julien-paris-zigzag

Quand on va déjeuner dans un Bouillon parisien, on pense plus à ce qu’on va manger qu’à ce qu’on va y voir. Pourtant, les décors de ces bistrots typiques valent qu’on s’y pose un moment son regard. Les plus représentatifs du style sont sans doute le Bouillon Racine, rénové en 1996 par les Compagnons du Devoir, ou le Bouillon Julien. Racine se distingue pour ses boiseries, ses carreaux de céramique et ses grands miroirs ornés de motifs végétaux. Le Bouillon Julien éblouit encore plus avec ses plafonds vitrés et ses silhouettes féminines aux murs.

Bouillon Julien –  16 rue du Faubourg Saint-Denis, Paris 10
Bouillon Racine – 3 rue Racine, Paris 6

 Les bijoux architecturaux de l’Avenue Rapp

La curieuse et fantaisiste porte du 29 Avenue Rapp. Instagram @maya.flh
La curieuse et fantaisiste porte du 29 Avenue Rapp. Instagram @maya.flh

On l’avait déjà évoqué dans un premier article dédié à l’Art Nouveau, mais quand même, on se doit de le mentionner une seconde fois tant l’Avenue Rapp mérite visite. L’Avenue Rapp, dans le 7ème arrondissement, cache deux trésors Art Nouveau qui méritent le détour ! Commençons d’abord par l’immeuble dessiné par Jules Lavirotte, au 29 Avenue Rapp. Il est quasi certain que vous y croiserez des Instagramers et autres bloggueuses mode posant devant l’imposante porte en bois : en même temps, elle est certainement l’une des plus originales et photogéniques de Paris ! Certains y voient une évocation du sexe masculin dans sa forme… En tout cas, il est évident que le reste de la façade reprend les codes de l’esthétique Art Nouveau : motifs animaliers et végétaux, nuances de vert, lignes courbes…

Enfin, pour terminer la visite, on se rend au 3 square Rapp, une impasse bien cachée et pourtant superbe. Au numéro 3 se trouve en effet une façade représentative du style Art Nouveau, également dessinée par Jules Lavirotte. Encore une fois, on y retrouve toute la flamboyance du style et la délicatesse des détails.

29 Avenue Rapp, Paris 7
3 Square Rapp, Paris 7

D’autres lieux emblématiques du style Art Nouveau sont à retrouver ici. Bonne lecture et bonnes balades !

 

Les prochaines visites guidées