Les pépites de la rue Saint-Jacques

La rue Saint-Jacques, Paris 5e

À l’époque gallo-romaine, l’actuelle rue Saint-Jacques – qui s’appelait alors la “Via Superior” – était le principal axe nord-sud de la ville. 2000 ans plus tard, elle est toujours une artère majeure du Quartier Latin : pas étonnant donc que chaque bâtiment qui s’y trouve ait une histoire à raconter !

Vers l’infini et l’au-delà

Empruntée par les pèlerins du Moyen-Âge pour se rendre à Saint-Jacques de Compostelle, cette rue est depuis longtemps bordée de nombreux édifices religieux. Il subsiste encore quelques trésors comme l’église Saint-Séverin et son incroyable colonne palmier torsadée (au n°18), Saint-Jacques du Haut-Pas avec ses orgues magnifiques (n°252), Notre-Dame du Val de Grâce qui nous transporte directement en Italie grâce à son style baroque (n°279). Mais c’est en fait une petite chapelle Saint-Jacques du 13e siècle aujourd’hui disparue qui a laissé son nom à la voie en 1806. Auparavant on l’appelait tout simplement “Grand’rue” !

église Saint-Séverin
Intérieur de l’église Saint-Séverin © Mbzt

Le cœur intellectuel de Paris

La rue Saint-Jacques traverse le Quartier Latin, où se trouvent les plus grandes écoles et universités de la capitale. On peut y voir l’emblématique Sorbonne, dont la façade – reconnaissable à son observatoire astronomique – occupe un demi-kilomètre entre la rue des Ecoles et la rue Cujas. Juste en face se situe le prestigieux Collège de France : un établissement hors normes où les cours sont de très haut niveau, gratuits, ouverts à tous, sans inscription et non diplômants… Simplement pour l’amour du savoir et de la connaissance ! Un peu plus haut, le lycée Louis-le-Grand (au n°123), la fac de droit (n°133), les instituts de géographie (n°191), océanographique (n°195) et des jeunes sourds (n°254) complètent ce beau tableau.

Collège de France, Paris 5e
Collège de France, Paris 5e © Celette

Des enseignes historiques

Si les libraires-éditeurs et imprimeurs ont disparu de la rue Saint-Jacques (au plus fort, elle en comptait une trentaine !) il reste encore d’anciennes enseignes, aujourd’hui classées monuments historiques. Jetez par exemple un œil à la belle crèmerie (n°202), pâtisserie du Panthéon ou charcuterie du Panthéon (no 200), ainsi qu’au cadran solaire de Dali que l’artiste a réalisé pour des amis qui tenaient boutique au n°27. Flâner le long de la rue Saint-Jacques nous transporte ainsi dans le temps, et l’on peut s’imaginer y croiser des célébrités parisiennes qui y ont vécu autrefois comme Madame du Barry, André Salmon ou encore Emile Zola !

La charcuterie du Panthéon
La charcuterie du Panthéon, 200 rue Saint-Jacques © LPLT

A lire également : Les pépites de la rue des Francs-Bourgeois

Crédit photo de Une : La rue Saint-Jacques, vue sur la Sorbonne et la Tour Saint-Jacques ©Pline

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités