face-vaneau-paris-zigzag

Au détour de la paisible rue Vaneau dans le 7e arrondissement, un édifice à l’architecture inhabituelle et aux détails curieux attire notre attention. Entre la symétrie parfaite du bâtiment, le lettrage romain et les curieuses statues de tête d’animaux, cet hôtel particulier à l’étonnant style néo-Renaissance réunit tous les ingrédients du lieu insolite et fait comme tache dans le quartier des ministères.

La curieuse façade néo-Renaissance

Élève de Lebas et de Vaudoyer, l’architecte Pierre-Charles Dusillion travaille pour l’aristocratie du Faubourg Saint-Germain jusqu’en 1835, date à laquelle il choisit de travailler pour son compte. Dès lors, il décide de s’atteler à son premier chantier : une commande de l’entrepreneur Genaille souhaitant ériger un hôtel particulier rue Vaneau. Pionnier du courant néo-Renaissance, il n’hésite pas à appliquer ce style pour ériger l’édifice.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ParisbyWalking (@parisbywalking)

Ainsi naît une façade percée de baies cintrées et rectangulaires à l’étage, respectivement réunies autour d’une imposante porte en bois et d’une fenêtre surmontée d’un fronton, le tout sous un toit en ardoise.

Et des étonnants détails

La façade à elle seule, en totale symétrie, suffit à attirer le coup d’œil, mais c’est quand on se penche un peu plus près sur les détails que l’on perçoit l’exception que représente l’édifice. Dans le fronton central, on peut apercevoir un médaillon, représentant Philibert Delorme, illustre architecte du XVIe siècle, dont Dusillion est admiratif. Sur les pilastres on retrouve à la fois nymphes, génies dansants et masques mais aussi et surtout des têtes d’animaux assez expressives et tout à fait originales.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Éric de Chassey (@ericdechassey)

Enfin, Dusillion s’est aussi permis un petit clin d’œil à sa profession en décorant la façade de ces quelques mots en latin : Bona aedificatio tres habet conditiones commoditatem, firmitatem et delectationem (« Une bonne architecture requiert trois conditions: la commodité, la solidité et l’agrément ») au-dessus des baies rectangulaires à l’étage.

Une fois terminé, l’hôtel particulier attira très vite le regard des passants. Il n’est pas exclu que l’édifice ait participé à l’impulsion du style néo-Renaissance par la suite à Paris.

Crédit photo à la une : instagram @xtovxtov

À lire également :
La Citéco, un espace ludique niché dans le superbe hôtel Gaillard

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités