Ajout triangulaire rue Sabot

Contrairement à Manhattan et son plan hippodamien réglé comme du papier à musique, Paris n’est pas découpée de manière régulière et linéaire. En effet, ce que l’on appelle la servitude d’alignement, l’obligation pour chaque nouvelle construction de respecter l’alignement propre à sa rue, ne date que du Premier Empire et d’une loi promulguée en 1807.

Une solution ingénieuse pour ne pas perdre de la place !

L’objectif de cette loi est d’harmoniser le plan urbain qui, au fil des siècles et de l’évolution des mentalités, a transformé les rues de la capitale en véritable dédale. Seulement, Paris possède encore à l’époque un fort tissu urbain médiéval, caractérisé par une croissance anarchique des rues et des bâtiments. Un élément que les législateurs n’avaient que peu pris en compte… Rapidement, certains immeubles se sont ainsi retrouvés non-alignés par rapport aux autres édifices de leur rue, plus récents.

Les architectes et urbanistes ont pourtant trouvé une solution pour ne pas perdre de place, dans une ville où le moindre mètre carré compte : les ajouts triangulaires, de petites constructions, plus ou moins larges, installées dans les recoins laissés vacants entre deux immeubles non-alignés. Il en existe encore quelques uns aujourd’hui. On vous les montre et on vous dit où les trouver !

Ajout triangulaire au 8 rue Sabot
Ajout du 8 rue du Sabot, dans le 6e arrondissement
Ajout triangulaire au 32 rue de Charonne
Ajout du 32 rue de Charonne, dans le 11e arrondissement © Alain Roy
Ajout triangulaire au 2 rue sauval
Ajout du 2 rue Sauval, dans le 1er arrondissement
ajout triangulaire rue du cygne
Ajout du 11 rue du Cygne, dans le 1er arrondissement
Ajout triangulaire rue de la fidélité
Ajout du 10 rue de la Fidélité, dans le 10e arrondissement
Ajout triangulaire rue galande
Ajout du 75 rue Galande, dans le 5e arrondissement
Ajout triangulaire rue saint-antoine
Double ajout du numéro 44 de la rue Saint-Antoine, dans le 4e arrondissement
ajout triangulaire rue saint-antoine
Double ajout du numéro 44 de la rue Saint-Antoine, dans le 4e arrondissement

Et le meilleur pour la fin : un ajout triangulaire qui a complètement perdu son utilité !

Ajout triangulaire rue de Charenton
Ajout du 184 rue de Charenton, dans le 12e arrondissement

À lire également : Petite histoire des bouquinistes des quais de Seine

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités