Sur le quai de la Gare de l’Est, et plus précisément sur les voies 3 et 4, se cache une trappe a priori banale sauf que cette dernière abrite un vestige de guerre : un véritable bunker aménagéComme figé dans le temps, il s’articule en une dizaine de petites pièces sur 120 mètres carrés et n’a pas bougé depuis 80 ans. L’accès se faisant via un sas en béton armé, il pouvait accueillir jusqu’à 70 personnes pendant une heure ou deux.

Alors que les visites étaient jusqu’à présent rarissimes, le vestige ouvrira exceptionnellement ses portes au public, le temps des Journées du patrimoine. 

Construit en 1939, ce bunker servait à gérer le départ des trains de la gare et assurer une communication secrète avec les autres gares de la ville. Mais il avait aussi été construit pour protéger une partie de la population des attaques de gaz, qui avaient sévi lors de la Première Guerre mondiale mais aussi par crainte d’éventuelles attaques aériennes. Paris étant épargnée de ces menaces, le bunker ne sera finalement que très peu voire pas utilisé pendant le conflit. 

Depuis, le bunker est tombé dans l’oubli depuis des dizaines d’années. Appartenant aujourd’hui à la SNCF, il a acquis progressivement le statut de légende parmi ses employés. Toujours intact mais poussiéreux, le bunker de la Gare de l’Est comporte encore plusieurs meubles et du bric à brac à l’état neuf datant années 30.

Pour raisons de sécurité, les visites organisées par la SNCF se feront par groupes de 10, ce qui limite l’accès à 220 personnes sur l’ensemble du week-end. Pas de panique cependant, si l’évènement affiche complet, une visite virtuelle sera proposée.

Bunker sous la Gare de l’Est, sur les voies 3 et 4.
Visites pendant les Journées du patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019

À lire également :
Paris un an après la 2e Guerre mondiale
La rue de Rivoli à l’heure de la guerre

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités