fbpx

Ces incroyables villas de 1850 se trouvent à seulement 1h de Paris ! Une balade en bord de Seine à faire absolument !

Les Affolantes des bords de Seine © AC
Par Alexandre M

À moins de sauter dans un avion à destination d’un pays exotique, ce n’est pas dans les prochaines semaines que l’on va pouvoir faire des activités en plein air du matin au soir. Toutefois, les températures actuelles ne sont pas incompatibles avec une bonne balade. Encore faut-il savoir où aller pour ne pas gaspiller de temps. Si vous pensez avoir déjà fait le tour de Paris et de tout ce qu’il faut voir, il suffit simplement de sortir de la capitale pour découvrir les nombreuses richesses de l’Île-de-France. Et si l’on vous disait qu’un voyage dans le temps était possible à seulement 1h de la tour Eiffel ?

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

La destination parfaite pour décompresser et profiter de la nature

La Seine-et-Marne est un département très apprécié dans la région parisienne pour les nombreux espaces verts et balades à découvrir, à commencer par l’inégalable forêt de Fontainebleau. Les villes riches en histoire ne manquent pas non plus, qu’il s’agisse là encore de Fontainebleau ou de Melun. Et entre ces deux villes majeures se trouve une commune méconnue mais qui mérite le détour pour de nombreuses raisons : Bois-le-Roi. Bien que la première mention de ce qui était à l’époque un village remonte à 1260, Bois-le-Roi n’est pas de ces communes qui ont une grande trace dans l’Histoire. Détail toutefois majeur : le premier hippodrome permanent réalisé en France vit le jour à Bois-le-Roi. Grâce à un champ de course inauguré par Louis XVI et la reine Marie-Antoinette, Bois-le-Roi accueillit ainsi la première course équestre organisée en France. Un événement de taille, rendu possible par la proximité avec Fontainebleau. Mais pour garder les pieds sur terre, on vient aussi à Bois-le-Roi pour un moment de calme, pour profiter du plein avec une douce balade au fil de la Seine. On peut ainsi y découvrir les écluses, tandis que les cyclistes peuvent arpenter une agréable piste cyclable faite de dénivelés et de vues imprenables sur ce cours d’eau historique. Une quiétude bienvenue, d’autant plus que les environs sont souvent plus animés dès l’arrivée de l’été, avec la présence de la base de loisirs de Bois-le-Roi, qui cache notamment une belle plage gratuite.

Une balade à vélo entre Bois-le-Roi et Moret-sur-Loing pour pédaler sur l’emblématique Scandibérique, qui relie Trondheim en Norvège à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne © SMA
Une balade à vélo entre Bois-le-Roi et Moret-sur-Loing pour pédaler sur l’emblématique Scandibérique, qui relie Trondheim en Norvège à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne © SMA

Quand la bourgeoisie du XIXe siècle venait échapper au tumulte parisien

Mais les plus beaux trésors de Bois-le-Roi, ce ne sont pas ses voies piétonnes ou cyclables… mais bien des maisons. Pas n’importe lesquelles : de majestueuses demeures aussi connues sous le nom “d’Affolantes”. Bâties entre 1830 et 1914, ces anciennes demeures d’industriels et commerçants melunais et parisiens impressionnent d’emblée par leurs volumes complexes, leurs tourelles médiévales, et leurs vérandas majestueuses. Un véritable saut dans le temps, qui donne forcément envie d’en savoir plus sur ces incroyables vestiges. Parfaits symboles de l’ascension bourgeoise du XIXe siècle, ces maisons incroyables ont eu un impact notable sur l’économie locale, mais aussi sur des artistes tels que Rosa Bonheur, Claude Debussy et Stéphane Mallarmé qui y ont trouvé l’inspiration. Parmi les belles demeures emblématiques à découvrir, on retrouve par exemple la maison Chantemerle, originellement possédée par les beaux-parents de l’architecte Louis Périn et remodelée par ce dernier vers 1902. L’architecte conserva une aile, mais ajouta notamment un toit brisé en pavillon. Alliant audacieusement des éléments médiévaux et Art nouveau, Périn souhaite favoriser la vue sur le paysage et jouer avec la symétrie. Un jardin d’hiver orné d’une mosaïque de marbre est aussi ajouté et la tourelle se voit dotée d’un couronnement octogonal et de panneaux de céramique représentant un arbre doré avec des merles. Autant d’audaces architecturales qui, avec l’association du jardin anglais, font de Chantemerle l’une des demeures les plus remarquables et les plus singulières de Bois-le-Roi.

inscription

Des demeures uniques pour accueillir les plus grandes fêtes

L’architecte Louis Périn est indissociable de la commune, puisque l’une des plus belles demeures des environs fait partie de ses œuvres : le Clos-Barbeau. Conçue en 1905, celle-ci connaît par la suite des modifications, et encore récemment. Une demeure qui est une véritable curiosité architecturale, notamment par ses ornements variés et le fait qu’aucune fenêtre ne soit identique. Plus loin, une autre demeure attire forcément l’œil : La Ruelle. Cet ancien prieuré autrefois occupé par des moines-passeurs détenant le droit de passage sur la Seine a été transformé par Émile Rochard, célèbre critique et directeur de théâtres parisiens. Ce dernier a en effet conservé la chapelle comme habitation en y ajoutant des bâtiments hétérogènes. Une tourelle est particulièrement remarquable, avec un étage en colombages supporté par des piliers de brique. Outre les modifications architecturales, La Ruelle est surtout connue pour avoir été le théâtre de fêtes grandioses, attirant du beau monde comme Sarah Bernhardt. Décidément amoureux de Bois-le-Roi, Émile Rochard a fait construire un autre domicile exceptionnel : Le Vieux Logis. Inspirée du XV° siècle, cette bâtisse provient en fait d’une façade d’un édifice gothique qu’il acquiert en 1897. Malgré ses modifications, la maison conserve de nombreux éléments médiévaux et le mélange est, encore une fois, intrigant mais bizarrement harmonieux. Autant de demeures que l’on ne peut toutefois pas visiter, car privées. Beaucoup ayant disparu car passées de mode, la plupart des survivantes ne sont pas classées aux monuments historiques et ne bénéficient pas de programme de rénovation. Seuls les souvenirs d’une période plus insouciante et la venue de quelques artistes demeurent…

Le Clos-Barbeau, l’une des “Affolantes” les plus emblématiques de la ville © Flickr
Le Clos-Barbeau, l’une des “Affolantes” les plus emblématiques de la ville © Flickr

 

À lire également : Connaissez-vous cet agréable square de contemplation en plein Paris, commandé par le Baron Haussmann ?

Image à la une : Bois-le-Roi © Zenon Moreau / Fontainebleau Tourisme

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l