fbpx

Cette magnifique maison proche de Paris appartenait à l'un des plus grands écrivains français depuis 1878 !

Maison Zola © Pack-Shot / Shutterstock
Par Sofiane

À quelques petits kilomètres de Paris se trouve l’ancienne maison de l’un des plus grands noms de la littérature Française de la fin du XIXe – début du XXe siècle. Ayant pris position lors d’une affaire par un article de journal dont le titre est aujourd’hui bien connu, un musée lié à cette histoire y a été récemment accolé. On vous y emmène.

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Une maison unique 

Acquise en 1878 grâce aux gains perçus après la publication de son roman L’Assommoir, cette maison de campagne (car, à l’époque, la banlieue de Paris était encore une campagne) lui servait de refuge d’été à quelques pas de la capitale. Au départ un simple pavillon de forme rectangulaire, l’écrivain y fait rajouter deux tours, Germinal et Nana, l’une de forme carrée et l’autre hexagonale. Pendant les 24 dernières années de sa vie passée dans cette habitation, il y écrit huit de ses romans, dont La Bête humaine et Au Bonheur des Dames. Il y invite aussi beaucoup de ses amis et confrères, dont Paul Alexis et Guy de Maupassant entre autres, qui écriront ensemble Les Soirées de Médan, un recueil de nouvelles prenant le titre de la ville de la maison. Après la mort de cet auteur, la maison prend plusieurs autres formes avant de devenir musée en son honneur. Nous vous parlons bien évidemment ici d’Émile Zola.

© Maison Zola Musée Dreyfus
© Maison Zola Musée Dreyfus

À lire également : Ce musée abrite l’un des plus beaux escaliers de Paris !

inscription

Un musée important

Située donc à Médan, au bord de la Seine, la Maison Zola est offerte, après sa mort et sur demande d’Alexandrine Zola, à l’Assistance publique (devenue par la suite Assistance publique – Hôpitaux de Paris, HPHP) qui en a fait un organisme de formation permanente entre 1973 et 1983, avant d’être inscrite au titre de Monument Historique. Fermée pendant dix ans pour travaux entre 2011 et 2021, elle a rouvert ses portes il y a quelques années pour pouvoir admirer l’espace de vie de cet auteur Français, et surtout pour découvrir le nouveau musée accolant le pavillon : le musée Dreyfus.

En plus de pouvoir visiter cette magnifique demeure, le musée Dreyfus est le premier à revenir entièrement sur l’affaire au travers de l’engagement de Zola. Nous y découvrons énormément de documents moins connus que son célèbre “J’Accuse !” dans une scénographie pensée par Christophe Martin avec appui de l’historien Philippe Oriol, de la graphiste Chloé Lefèvre, et des architectes Jean-Michel Rousseau et Reda Issolah. Restauré et créé surtout par l’impulsion de l’association Maison Zola-Musée Dreyfus présidée alors par Pierre Bergé, il est un lieu de découverte et d’approfondissement de plusieurs thématiques chères à l’écrivain, telles que la République, la démocratie, la laïcité, l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie, la lutte contre les discriminations, l’engagement, mais aussi le pouvoir de la presse, le traitement de l’information, et les fake news. Un musée retraçant cette histoire constructrice des principes clés de la France ainsi que la vie de cet auteur chéri de tous et de toutes.

Musée Dreyfus © Maison Zola - Musée Dreyfus
Musée Dreyfus © Maison Zola – Musée Dreyfus

Maison Zola – Musée Dreyfus
26 rue Pasteur, 78670 Médan
Plus d’info et réservation ici !

À lire également : Découvrez ce village qui a inspiré Stendhal !

Photo à la Une : Maison Zola © Pack-Shot / Shutterstock

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l