Recevez gratuitement notre carte des meilleurs resto romantiques de Paris !

X

Le dernier cinéma porno de Paris

CINEMA-PORNO-PARIS
Note de la rédac
14 Rue de la Ville Neuve - Paris 75002
Bonne Nouvelle
12h - 21h
01 40 26 00 69
12 euros

Petite salle obscure, chaises rouges, grand écran, pas de doute nous sommes bien dans un cinéma. Mais pas dans n’importe lequel. Le Beverley est le dernier cinéma porno de Paris. Attention ! Ici, pas de films crados du genre Gonzo mais des « chefs-d’œuvre » pour les initiés et nostalgiques des années 80.

Petites histoires de fesses

Qu’on se le dise, nous avons déjà tous regardé un film porno. Mais qui d’entre vous a vu un film X sur grand écran, avec des dialogues kitschissimes et des travelling avant/arrière qui pourraient presque faire honneur aux scénaristes de la Nouvelle Vague ?
Chez Maurice, le sympathique patron du Beverley, vous découvrirez plusieurs pépites telles « L’arrière-train sifflera trois fois » de Jean-Marie Pallardy (1975), « 20 000 vieux sous mémère » de Gilbert Roussel (1985), « Code Rectum » de Yann Caramela ou le cultissime « Emmanuelle ». Le parti pris du cinéma est de diffuser uniquement des films en 35 mm de l’âge d’or du film érotique, c’est-à-dire des années 70, 80 et 90.

Malheureusement, avec l’arrivée d’internet, le Beverley a perdu de sa superbe. Avant l’explosion du web, il accueillait des soirées à thème comme la lecture de poésies érotiques écrites par les spectateurs. Aujourd’hui vous pouvez être sûr d’avoir une rangée pour vous tout seul…et ce n’est pas si mal.

cine-porno-parisbeverley-paris

Le dernier bastion anti YouPorn

Aujourd’hui, les amateurs de films pornos intellos ne se bousculent plus au guichet. Maurice Laroche estime qu’il avait le double de clients il y a dix ans. D’ailleurs, la survie de ce dernier bastion « anti YouPorn » est miraculeuse quand on sait que 85% de la consommation de vidéos pornos se fait sur des sites gratuits …

Pour info, Paris reste la capitale mondiale du cinéma même si elle ne compte plus qu’une centaine de salles obscures contre 460 dans les 60’s. Le cinéma X a lui aussi perdu la quasi totalité de ses salles puisqu’il n’en reste qu’une versus trente dans les 80’s.

Quand vous aurez soif de films d’auteurs, vous saurez où aller. Merci qui ?

Facebook
Twitter
Google+