Pour contrer la grisaille parisienne, nous avons sélectionné six expositions insolites à découvrir gratuitement cet hiver, à l’abri du froid !

La plus urbaine

Longtemps considéré comme éphémère et sans valeur, dédié à salir les murs urbains, le graffiti a depuis été réévalué comme un genre artistique à part entière. À travers plus de 200 œuvres mêlant photographies, œuvres originales, croquis, vidéos et performances, cette exposition retrace l’histoire de ce phénomène, en remontant jusqu’à la pratique de l’esquisse. En parallèle, plusieurs conférences, tables rondes et projections permettront de mener une réflexion sur ce passage sans précédent de l’art de rue à l’art de galerie.

Une fresque éphémère de Pichiavo, boulevard Saint-Michel à Paris

« Sketch »
Fluctuart

Port du Gros Caillou, 75007 Paris
Jusqu’au 30 janvier 2022

La plus spectaculaire 

Ouverte depuis mai 2021, la Bourse de Commerce accueille la prestigieuse collection Pinault, un ensemble de plus de 10 000 œuvres créées par 400 artistes contemporains. Un tout nouveau lieu parisien que tout un chacun est curieux de visiter… Certes il ne s’agit pas là d’une exposition, mais plus précisément d’une nocturne ! En effet, cet incroyable édifice circulaire ouvre ses portes gratuitement tous les premiers samedis du mois, de 17h à 21h. L’occasion de découvrir une variété d’œuvres provenant des quatre coins du monde, tout en déambulant dans cette architecture hors du commun.

La rotonde de la Bourse de Commerce

Bourse de commerce
2 Rue de Viarmes, 75001 Paris
Nocturne gratuite de 17h à 21h les premiers samedis du mois

La plus conceptuelle

Selon les dires de Clement Greenberg, l’abstraction a permis à l’art de se libérer de toute narration, rendant l’œuvre parfaitement autonome. Une affirmation que la fondation Ricard compte bien remettre en cause à travers le regard contemporain de seize artistes provenant des quatre coins du globe. Des céramiques de l’activiste LGBTQIA+ autrichienne Ulrike Müller aux créations textiles du coréen Seulgi Lee, cette exposition réconcilie l’art abstrait avec l’histoire, en proposant d’ouvrir cette problématique à des visions plus universalistes et moins genrées.

Seulgi Lee, U : La parole aux lèvres salivées = Mensonge, 2019

« Le cauchemar de Greenberg »
Fondation Ricard

1 Cr Paul Ricard, 75008 Paris
Du 16 novembre 2021 au 22 janvier 2022

La plus dépaysante

C’est une histoire qui débute à l’orée du XXe siècle, lorsque le studio Léon et Lévy envoie plusieurs photographes en reportage dans les pays magrébins. A travers ces tirages inédits se dévoile la fascinante beauté des paysages encore sauvages de l’Egypte, du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Dans des formats panoramiques, ce merveilleux voyage en noir et blanc mêle les dunes du désert et les pyramides de Gizeh aux portraits de autochtones vêtus de leurs tenues traditionnelles. Une traversée spectaculaire dans un Orient disparu, immortalisant des scènes véritablement inédites.

Photographie en Egypte, début XXe siècle

« L’Orient en grand »
Galerie Roger-Viollet

6 Rue de Seine, 75006 Paris
Jusqu’au 8 janvier 2022

La plus branchée

Cette première rétrospective de William Klein sur la mode a d’abord fait le tour du monde avant d’atterrir cet hiver dans la Ville-Lumière. A l’occasion, une soixantaine de photographies dévoilent le lien étroit qui liait l’artiste du Nouveau Réalisme au stylisme. On découvre de nombreux tirages réalisés pour Vogue, un moment décisif où Klein fait sortir les mannequins dans la rue, capturant en téléobjectif leurs moindres faits et gestes. L’exposition dévoile ainsi des vues inédites jamais sortis des tiroirs du studio, des films publicitaires et des « contacts peints », ces pièces uniques mêlant la peinture aux photographies prises lors de défilés.

William Klein, Smoke + Veil (contact peint), 1958

« Fashion + Klein – William Klein »
Galerie Polka

12 Rue Saint-Gilles, 75003 Paris
Jusqu’au 15 janvier 2022

La plus dérangeante

On le sait bien, depuis plusieurs années, l’ère de la post-vérité prospère avec la circulation incessante de « fake news » sur les réseaux sociaux. En retraçant l’histoire de ces fausses informations, l’exposition engage une réflexion sur ce phénomène inquiétant à travers 20 œuvres d’artistes et 30 dessins de presse. Entre le journal des Yes Men et les mensonges de Donald Trump, le parcours nous explique comment ont été réalisés de faux documentaire et comment internet participe aujourd’hui à envenimer les passions. Ouverte aux enfants dès 10 ans, l’exposition permet aussi de mettre en garde contre les flots d’informations sans source auxquels les jeunes générations ont si facilement accès.

L’exposition “Fake News”

« Fake news »
Fondation EDF

6, rue Récamier, 75007 Paris
Jusqu’au 30 janvier 2022

À lire également : Le saviez-vous ? En cas de pluie, la RATP prête des parapluies gratuitement !

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités