fbpx

Nathanaëlle Herbelin chez les nabis : une palette de l’intime au musée d’Orsay

Nathanaëlle Herbelin, Emmanuelle et Efi, 2024 - © Adagp, Paris, 2024
Par Romane Fraysse

Entre le salon d’un Vuillard, le dîner d’un Vallotton et le bain d’un Bonnard s’immiscent plusieurs dizaines de toiles au musée d’Orsay : elles aussi sont des scènes intimes, elles aussi mêlent les tons chauds dans des motifs bigarrés. Celles-ci sont pourtant l’œuvre contemporaine de Nathanaëlle Herbelin, peintre franco-israélienne qui s’inspire des maîtres modernes pour illustrer la vie quotidienne au XXIe siècle. Présenté jusqu’au 30 juin 2024, ce dialogue tendre et sans parure renvoie à des paysages familiers, tout en menant des réflexions sur la représentation du corps sensible et de l’espace mental.

Cet article est réservé aux membres Zigzag. Pour accéder à tous les articles en illimité et soutenir Paris Zigzag cliquez sur s’abonner.



Visite Guidée

Le Ventre de Paris

Je m'inscris

News populaire