Piss-Christ-Andres-Serrano-paris-zigzag

“Blasphématoires”, “massacres”, “scandaleuses”, “pornographiques”, voilà 5 oeuvres d’art qui ont fait pas mal de remous dans l’histoire de l’art !

1- L’Origine du monde, Gustave Courbet

C’est l’oeuvre du scandale par nature. Un plan serré sur des cuisses écartées, une chair pulpeuse et soyeuse. Le regard glisse sur le sein et son mamelon dressé pour s’arrêter choqué ou émerveillé sur ce sexe féminin et son buisson de poils offert sans complexe au spectateur. Une oeuvre réaliste sublime qui fait toujours l’objet de censure sur Facebook et même dans certain musées. En 2014, la performeuse Deborah de Robertis se place sous la toile dans la même position que L’Origine du monde. Par son geste elle interroge la place toujours tabou de la représentation du sexe féminin dans l’art.

Gustave-Courbert-Origine-du-Monde-Paris-Zigzag

2- La Fontaine, Marcel Duchamp

Marcel Duchamp en 1917 scandalise avec sa Fontaine : un urinoir préfabriqué siglé R.Mutt et présenté comme une œuvre d’art. Il invente le ready-made : des objets du quotidien peuvent devenir de l’art ! Scandale ! Marcel Duchamp cherche à affirmer que c’est l’idée et le regard qu’on porte à l’objet qui déterminent s’il s’agit d’art. Une œuvre polémique qui a ouvert la voie à l’art contemporain et a durablement marqué les courants artistiques qui suivirent son phénomène.

fontaine-Duchamp-Stieglitz_pARIS-zigzag
Photographie de la Fontaine de Marcel Duchamp, Alfred Stieglitz, 1917

3- Le Sacre du Printemps, Igor Stravinsky 

Composé par Stravinsky, Le Sacre du Printemps est une oeuvre musicale majeure du XXème siècle. Le ballet brise les codes de la musique et du ballet classique avec la chorégraphie du très en vue Nijinski.  “C’est un massacre !” Lancent les spectateurs dans la salle. “Un massacre du Printemps !”. Très vite, les tomates suivent les huées. La polémique passée, l’oeuvre est reconnue comme une pièce révolutionnaire et un rite de passage pour tous les chorégraphes qui réinventent la partition dansée de Nijinski de Maurice Béjart à Pina Baush.

sacre-du-printemps-paris-zigzag
Le Sacre du Printemps, chorégraphie par Uwe Scholz

4- Immersion (Piss Christ), Andres Serrano 

Andres Serrano capture dans une photographie un Christ en croix plongé dans un fluide étrange : il s’agit du sang et de l’urine de l’artiste d’où le nom : Piss Christ. Serrano condamne « ceux qui abusent de l’enseignement du Christ pour leurs propres fins ignobles”. Indignés, certains accusent l’oeuvre d’être blasphématoire. Piss Christ subit deux actes de vandalisme par des intégristes religieux dont un irréversible qui fracture le cadre de la photographie. Andres Serrano décide de garder intact l’impact qui selon lui fait oeuvre.

Piss-Christ-Andres-Serrano-paris-zigzag

5- Thérèse Rêvant, Balthus

Alors que Thérèse Rêvant s’expose en 2017 à New York, la jeune fille à la posture ambigüe, la culotte apparente fait scandale. Une pétition de plus de 10 000 personnes est signée accusant Balthus de pédophilie et demande le décrochage de la toile. L’auteur a toujours nié cette part d’érotisation, pour lui ce sont les projections perverses du spectateur qui attachent à la toile un caractère sexuel. La peinture magnifie le passage de l’adolescence à l’âge adulte avec tous les mystères qui l’accompagnent.

thérèse-revant-Balthus-Paris-Zigzag
Thérèse Rêvant, Balthus, 1938

Finalement ce que l’on reproche le plus à ces oeuvres c’est d’être scandaleusement modernes !

À lire également :
Romain Duris, dessinateur, expose !
5 expos gratuites à voir en décembre
Nourrir Paris, l’expo qui raconte l’histoire de l’alimentation des Parisien

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités