Avenue de l'Opera

Après vous avoir dévoilé les grands chiffres du métro, nous nous attelons désormais aux déplacements des Parisiens dans leur globalité. Un sujet qui en intéressera plus d’un puisqu’un Francilien consacre en moyenne 92 minutes par jour à se déplacer, soit l’équivalent de 23 jours par an ! Quel est le moyen de transport le plus utilisé ? Combien d’heures passe un automobiliste dans les bouchons chaque année ? Quel moyen de transport utiliser pour arriver à l’heure au travail ? On vous donne toutes les réponses !

Le piéton. À Paris, le piéton est le roi. Enfin… si l’on considère que le nombre fait la force car les voyageurs à pied sont clairement majoritaires dans la capitale : 52 % des déplacements effectués dans Paris intra-muros se font à pied et 55 % des Parisiens ne possèdent pas de voiture. Le piéton parisien est plus souvent une femme qu’un homme, il se déplace à pied majoritairement pour faire ses courses ou pour ses loisirs et parcourt une distance moyenne de 400 mètres par trajet.

L’automobiliste. Parlons maintenant des choses qui fâchent ! Vous avez l’impression de rouler comme un escargot dès que vous vous approchez de la capitale ? C’est normal, en journée dans Paris, une voiture avance à 15 km/heure en moyenne, soit à peine trois fois plus vite qu’un piéton ! Pour faire le tour du périph’ complet, il faudra compter au moins 55 minutes à 38 km/h de moyenne. Pour parfaire ce joli portrait de l’automobiliste en galère, il faut savoir qu’en 2016, les Parisiens ont passé 65,3 heures dans les bouchons. Presque trois jours entiers ou deux semaines de travail… Un joyeux désordre alors que seulement 10 % des trajets s’effectuent en voiture à Paris.

L’automobiliste qui cherche à se garer. Il faut bien une catégorie spéciale pour ce voyageur car, pour lui, c’est encore plus la galère. Quiconque a déjà essayé de se garer à Paris le sait déjà, mais en chiffres c’est encore plus parlant. En effet, au moins 617 000 voitures sont immatriculées rien qu’à Paris (ne sont prises en compte dans les chiffres que les voitures de moins de 15 ans) et seulement 220 000 places sont disponibles à tout un chacun (places sur voirie et parkings publics). Bien sûr, il existe de nombreuses places de stationnement dans des immeubles privés – environ 524 000 -, mais avec ça on ne prend pas en compte les touristes et encore moins les Franciliens… qui sont bien plus nombreux à Paris que les Parisiens eux-mêmes. La prochaine fois que vous cherchez une place, vous saurez que ce n’est pas par manque de chance !

Voiture dans une bouche de métro
Face au peu de places de stationnement, les automobilistes trouvent d’autres moyens pour se garer… © coursier.net

L’usager des transports publics. Qui veut être à l’heure pendra le métro parisien. Voilà sans doute l’adage que l’on devrait tous garder en tête. Car oui, on a beau constamment râler sur notre métro, il est le moyen de transport le plus fiable si l’on ne veut pas arriver en retard : 97, 9 % des trains sont à l’heure ou ont moins de cinq minutes de retard ! C’est bien mieux que le RER qui parvient difficilement à atteindre les 88 % et également mieux que les bus qui stagnent aux alentours de 91 % depuis plusieurs années. Le gros point noir du réseau reste inexorablement le RER A. Seuls 84,5% de ses trains sont à l’heure, alors même qu’elle est la ligne la plus fréquentée.

Et aussi…

– 52 % des déplacements effectués dans Paris se font à pied, 32 % en transports en commun, 10 % en voiture et 5 % en deux-roues.
– Les places gratuites ne sont pas censées exister et pourtant elles existent : 1251 sont bel et bien gratuites. Ça représente seulement 0.89 % de toutes les places, mais c’est déjà ça.
– Le mois de l’année où l’on circule le mieux à Paris est le mois d’août, celui où l’on circule le moins bien est le mois de juin. Vous savez donc quand partir en vacances !

À lire également : Petits et grands chiffres du métro parisien

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités