amedeo-modigliani-paris-zigzag

Poètes, peintres ou sculpteurs, il est parfois difficile de déceler d’où les artistes tirent leur génie créatif. Beaucoup d’entre eux peuvent néanmoins témoigner d’un destin singulier, douloureux et souvent tragique. Les artistes maudits sont nombreux à avoir foulé les travées de la capitale, retour sur les plus emblématiques.

Modigliani

De Montparnasse à Montmartre en passant par la Ruche, Amedeo Modigliani a fait de Paris son terrain de jeu favori au début du XXe siècle. Rongé par la pauvreté, le “bel Italien” enchaînera les déménagements et vivra successivement aux quatre coins de la ville. Artiste maudit typique, il mènera une vie d’excès, conjuguée par l’alcool et la drogue. D’un penchant auto-destructeur, il mourra au jeune âge de 35 ans d’une méningite tuberculeuse.

modigliani-paris-zigzag

Baudelaire

Poète maudit par définition, Baudelaire vivra ses tribulations à contre-courant des mœurs de son époque. Incompris, accablé par les dettes et par ses addictions, il meurt sans pouvoir assister à la reconnaissance de son génie. Entre l’Île saint-Louis, la Tour d’Argent et l’hôtel Pimodan, l’auteur vivra la majorité de son spleen parisien autour du 4e arrondissement de Paris avant de s’éteindre rue du Dôme, dans le 16e arrondissement.

baudelaire-paris-zigzag

Van Gogh

Aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands artistes de tous les temps, Van Gogh n’a pourtant vendu qu’une toile de son vivant. Sa vie étant rythmée par une certaine frénésie, et, tout comme Modigliani, par la misère, le peintre néerlandais “mérite” alors plus que personne le statut d’artiste maudit. Installé à Montmartre à la fin du XIXe siècle, il profitera alors de la ferveur artistique de la capitale pour faire fructifier son œuvre et s’entourer des grands noms de l’époque à l’instar de Gauguin, Toulouse-Lautrec ou Pissarro.

van-gogh-paris-zigzag

Soutine

Comme beaucoup de ses pairs, Soutine fréquenta la Ruche de Montparnasse en débarquant à Paris au jeune âge de 20 ans. Il y rencontre Picasso, Matisse, Chagall ou encore un certain Modigliani, avec qui il se lie d’amitié. Très pauvre, malade et instable, l’artiste russe se forge une drôle de réputation au fil des ans, jusqu’à être pris pour un fou. Dès les années 20, Soutine souffre d’un alcoolisme destructeur et d’un ulcère à l’estomac qui le suivra toute sa vie, jusqu’à la tombe en 1943.

soutine-paris-zigzag

Gainsbourg

Provocateur et sulfureux, Gainsbourg est indéniablement l’un des plus grands artistes de son temps. Connu pour ses excès, le chanteur dira lui-même qu’il a été abimé par la gloire, trait commun à la plupart des artistes maudits. Des cabarets au Bistrot de Paris en passant par son appartement de la rue de Verneuil, l’empreinte de Serge Gainsbourg sur la capitale est palpable dans beaucoup de ses travées, jusqu’à sa tombe du cimetière de Montparnasse.

gainsbourg-paris-zigzag

Rimbaud

Étonnamment précoce, Arthur Rimbaud fait lui aussi partie intégrante de la catégorie des poètes maudits. De ses nombreuses fugues et exils, notamment pendant la Commune de Paris, à ses tribulations aventurières en Afrique, en passant par sa relation destructrice avec Paul Verlaine, l’artiste a vécu une vie pour le moins rocambolesque. Ses aventures l’amèneront à plusieurs reprises à Paris, chez ses amis parnassiens, successivement rue d’Enfer (actuelle rue Henri Barbusse), rue Nicolet ou encore rue Séguier. Aujourd’hui, l’œuvre du poète est à jamais gravé dans l’héritage de la capitale, et ce, littéralement, puisque les vers du Bateau Ivre ornent les murs de la rue Férou !

rue-férou-paris-zigzag

À lire également :
Paris en peinture
Le Paris des artistes de Montparnasse

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités