” Rendez-vous à midi pétante”. Vous avez sans doute déjà entendu ou prononcé cette phrase ! Et pour cause, cette petite expression qui s’est désormais étendue à toutes les heures de la journée sert à s’assurer de la ponctualité de quelqu’un : une sorte de mise en garde pour les (nombreux) habitués du quart d’heure parisien ! Mais d’où vient cette expression ?

Une expression née dans le coeur de la capitale au XVIIIe siècle : le Palais Royal

L’origine de cet avertissement nous vient d’un petit canon installé à Paris en 1786. Une pièce en bronze que vous avez sans doute déjà remarqué lors d’une balade dans les jardins du Palais Royal : encore aujourd’hui, elle trône sur un socle en pierre au milieu du parterre central !

Cette pièce d’artillerie a été inventée en 1785 par un horloger de la galerie de Beaujolais, dans le domaine du Palais Royal. Elle a été installée dans ses jardins un an plus tard pour permettre aux riverains de régler leurs montres. Car, oui, à cette époque, les montres n’ont encore rien d’automatique… Il faut remettre les pendules à l’heure tous les jours !

le-petit-canon-du-jardin-du-palais-royal-midi-petante-paris-zigzag-e1519146749430

Le meilleur moyen de régler sa montre

Jusqu’à l’installation de ce canon, les Parisiens réglaient leurs montres grâce à l’aide des cadrans solaires ou des quelques horloges publiques disséminées ça ou là dans les rues de Paris. Mais ce nouveau moyen sera rapidement considéré comme le meilleur et le plus facile pour régler sa montre. Et pour cause, il fonctionne grâce à un ingénieux système automatique de mise à feu : une loupe, précisément installée dans l’axe du méridien de Paris, concentre les rayons du soleil (quand il y en a…) qui enflamment une mèche. Cette dernière met alors le feu à une petite charge de poudre noire qui produit une forte détonation, à midi… pétante !

L’original ayant été volé en 1998, c’est une copie qui se trouve désormais dans le jardin du Palais Royal. Cette dernière continue néanmoins de tonner l’heure chaque mercredi à midi pile grâce à un artificier chargé de déclencher le tir. L’expression, elle, continue d’être utilisée par tous les obsédés de la ponctualité !

À lire également : L’étonnante origine du mot “clochard”

Les prochaines visites guidées