L’histoire insolite des duels et de leur répression

duel-paris-zigzag

Il fut un temps où le duel à l’épée était une pratique fortement enracinée chez la noblesse. Dans Paris même, il n’était pas rare d’assister à ces règlements de compte, aux yeux de tous, lors desquels deux duellistes se livraient à une bataille acharnée pour rétablir leur honneur respectif. Cette pratique faisait partie du paysage quotidien, jusqu’à ce que l’Etat s’en mêle…

Le duel, une tradition chevaleresque

Héritage du moyen âge, le duel est avant tout une pratique réservée à la noblesse et ne concerne ainsi à peine plus que 5% de la population au XVIIe siècle. Le duel véhicule l’essence de la tradition nobiliaire, avec un code d’honneur propre et une attitude à adopter pour se faire voir comme un noble digne de respect. Cet honneur aristocrate se manifeste notamment par la volonté d’imposer sa propre justice : quand l’honneur d’un noble est bafoué, la réponse par l’épée est une nécessité pour se revendiquer de la noblesse, et ce en totale autonomie par rapport à la justice civile.

Le duel s’apparente à une phénomène massif : on signale 4000 morts dans les duels, en France, pour la seule année 1607, d’après des contemporains ! Les règlements de compte étaient monnaies-courantes, mais ne débouchaient pas forcément sur la mise à mort du perdant. Quand à l’espace privilégié pour ces combats d’escrime, ceux-ci pouvaient se dérouler, jusqu’au XVIIe siècle, à peu près partout : sur les places des villes et villages, dans les rues aux yeux des passants mais aussi, et surtout, dans les bois. En lieu et place de l’actuelle place des Vosges, un vaste espace, situé non-loin de la Porte Saint-Antoine, était notamment très prisé des duellistes.

callot-duel-paris-zigzag
@Gallica le duel, dessin de Jacques Callot (1612)

Vers l’interdiction du duel…

Dans le sillage de la construction de l’Etat moderne, le duel est peu à peu considéré comme une pratique dangereuse et facteur de division. Chaque année, des membres de la fine fleur de la noblesse périssaient bêtement lors d’un duel, ce qui avait des conséquences sur l’armée – les nobles étaient en effet investis d’un rôle de commandement militaire – l’interdiction du duel devenait une nécessité…

Dans le but d’assurer sa prééminence, l’Etat s’arrogea ainsi le « monopole de la violence » et cela passa notamment par une domestication de sa noblesse : il s’agissait de rendre fidèles et moins indépendants les nobles pour diminuer le risque de soulèvement en mettant l’épée au service exclusif du prince. Si Henri IV a tenté, en vain, en 1602 et 1609, d’interdire le duel, c’est surtout sous l’impulsion du cardinal de Richelieu et de Louis XIII que le duel devint officiellement un objet de répression.

Pour ce faire, Louis XIII condamna à mort un jeune noble, François de Montmorency-Bouteville, en 1627, après celui-ci ait été pris en flagrant délit de duel. La peine, extrêmement sévère, souleva une vague de protestations chez les nobles, mais l’exécution, pour l’exemple, eut finalement bien lieu.

Dès lors, si l’on assiste à un reflux du duel à partir des années 1650, cette pratique persiste, encore pendant au moins un siècle, sous une forme clandestine. Les bois étaient ici des lieux propice à la pratique du duel…

duel-XIX-paris-zigzag
Premiere page du “Petit Journal” du dimanche 20 mars 1898 : Le duel a l’epee Henry-Picquart a l’ecole militaire.

Le dernier duel de l’histoire de France en 1967 

Pour la petite histoire, le dernier duel à l’épée remonte à… 1967 ! Celui-ci opposa deux hommes politique français, le député-maire socialiste de Marseille Gaston Deferre et le député gaulliste René Ribière. A la suite d’invectives lancées par Deferre à Ribière, à coups de “taisez-vous abruti !” lors d’une session parlementaire, une polémique est montée en épinglé par la presse. En réaction à l’humiliation, Ribière provoqua en duel son collègue à l’assemblée nationale. Finalement, le sang ne sera pas versé et Gaston Deferre est déclaré vainqueur après avoir touché son adversaire. Ce sera le dernier duel de l’histoire de France !

duel-defferre-paris-zigzag
Duel entre Gaston Deferre et René Ribière, le 20 avril 1967

A lire également :
La sombre histoire du chevalier de la Barre
Comment torturait-on à Paris avant le XVIIIe siècle ? 
Le Paris de Louis XIV

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités