Balade rythmée et enivrante dans le parc Georges Brassens

Parc Georges Brassens

Le 15e arrondissement a beaucoup évolué en 300 ans, et ce n’est pas peu dire. L’un des exemples les plus frappants de cette transformation est sans aucun doute le parc Georges Brassens, véritable hymne à l’histoire du quartier, à la nature et au célèbre chanteur.

Un héritage à base de vin et de viande

Le coin n’a pas toujours été cet îlot de verdure quasi-paradisiaque. Le terrain était autrefois bien différent et accueillait les vignobles de Périchot. Jusqu’à la fin du 18e siècle, ce paysage du hameau de Vaugirard était verdoyant et la culture du vignoble occupait la majeure partie des habitants des environs.

À l’approche du 19e siècle, la situation change et les vignes cèdent la place à des jardins maraîchers puis aux abattoirs de Vaugirard. Commandités pour remplacer les abattoirs de Grenelle, ceux-ci sont achevés en 1898 et inaugurés par le président Félix Faure. Six bâtiments sont répartis autour d’une vaste cour et l’on trouve des étables, des bergeries, une halle aux chevaux et, bien sûr, l’abattoir. Le tout est approvisionné par le chemin de fer de la Petite Ceinture. Durant l’activité du site, plus de 100 000 bœufs et 500 000 moutons sont abattus chaque année.

Vestige des abattoirs de Vaugirard

 

Malgré la forte activité, le site doit fermer en 1975. Les habitants du quartier se plaignent en effet du bruit et de l’odeur. Vient alors l’idée de bâtir un parc. D’une superficie de 8,7 hectares, le parc Georges Brassens ouvre en 1985. Un nom qui ne doit rien au hasard étant donné que le célèbre poète et chanteur habitait tout près.

Un hommage à la nature et à Georges Brassens

Avant de rendre hommage au chanteur, le parc n’oublie pas pour autant l’histoire de ces lieux. Plusieurs statues animalières répondant aux doux noms de L’Âne ou Les Taureaux sont dispersés aux quatre coins de cet espace vert.  Plus loin, un mur d’escalade destiné aux enfants est constitué de pierres provenant des anciens pavillons. L’une des particularités de ce parc est la présence du théâtre Silvia-Monfort. Situé près de l’entrée de la halle aux chevaux, l’endroit accueille notamment un théâtre de spectacles de marionnettes.

Halle Parc Georges Brassens

L’ancienne halle aux chevaux accueille une fois par mois un marché de livres anciens et d’occasions

Au rythme des allées qui portent les noms de certaines de ses chansons, le parc Georges Brassens offre surtout calme et détente. L’une des parties préférées est le « jardin de senteurs », qui recense plus de 80 variétés de plantes aromatiques et médicinales. Un lieu qui accueille même les non-voyants, désireux de s’initier à la botanique grâce à un étiquetage en braille. En plus des couleurs, la balade offre un superbe recueil de senteurs, notamment grâce aux roseraies et aux ruches, productrices d’un miel parfumé vendu une fois par mois.

Après le rucher, impossible de passer à côté des senteurs émanant des pieds de vigne de pinot noir, encore exploitées aujourd’hui. Celles-ci rappellent bien sûr les anciens vignobles de Périchot. Avec ses 700 pieds, cette vigne de 1 200 m2 est la deuxième plus importante de Paris. Le vin « Clos des Morillons » est ensuite vendu aux enchères publiques à la mairie du 15e arrondissement et la somme récoltée est versée à des œuvres sociales. À noter que la vinification, la mise en bouteilles et l’élevage du vin se font dans les sous-sols de l’ancienne mairie de Grenelle, située place du Commerce. « Le vin », autre source d’inspiration pour l’une des chansons-phares de Georges Brassens…

Parc Georges Brassens

 

Parc Georges Brassens – 2 Place Jacques Marette, 75015 Paris
Métro : Porte de Vanves (ligne 13)
Ouvert tous les jours de 8h à 19h30 (ouverture à 9h le week-end)

 

À lire également :
Balade et devoir de mémoire au jardin Anne Frank
Le calme bucolique du parc de la Butte du Chapeau Rouge