L’adresse parisienne où est né le Bloody Mary

Harrys-New-York-Bar-Paris-Une

Véritable référence du cocktail depuis 100 ans, le Harry’s bar détonne toujours autant. Ces professionnels du shaker continuent de nous faire rêver à travers leurs fabuleuses boissons, mais aussi grâce à leur histoire.

Tout le monde connait le Bloody Mary… À base de vodka, jus de tomate et de tabasco, on saupoudre ensuite d’une pincée de sel et de poivre, d’un zeste de citron et de worcestershire sauce. On raconte que ce célèbre cocktail aurait des vertus « sans gueule de bois ». Mais, saviez-vous qu’il a été inventé dans la capitale ? Oui, oui en plein Paris.

Bloody-Mary-Harry's bar
Et ce n’est autre qu’au Harry’s bar qu’il a vu le jour. Il aurait été concocté pour la première fois par Ferdinand « Pete » Petiot en l’honneur de l’acteur Roy Barton. Il se dit, également, qu’il fut créé pour l’écrivain Ernest Hemingway. Ce dernier demanda au barman un cocktail avec lequel il n’aurait pas une haleine d’alcool. En effet, à chaque fois qu’il rentrait chez lui, sa femme lui passait un savon s’il sentait l’alcool. Bien que le cocktail soit né à Paris, c’est en Amérique que le Bloody Mary fait un carton et devient une star mondiale. Plus récemment et plus parisien, Serge Gainsbourg prenait souvent ce cocktail (considéré par certains comme son préféré), dans son antre, un bistrot rue de Lille.

Le Harry’s Bar n’a pas volé sa réputation. Au delà d’avoir vu naitre le Bloody Mary, l’histoire du lieu est belle. L’un des deux fondateurs nommé Clancey gérait un bar à Manhattan. Sentant venir la prohibition, il démonte les boiseries de son bistrot sur la 7th Avenue et décide de venir s’installer à Paris. Il s’associe alors à l’ancien jockey Toad Sloan. Tous les deux démarrent l’activité du « New York bar » en 1911, qui deviendra le « Harry’s New York Bar » en 1923. Ce changement de nom est dû à la personne qui excelle derrière le bar : Harry. En l’espace de quelques mois, il est devenu une vraie célébrité dans cette enceinte. Il rachète, naturellement, le fond de commerce et ajoute son nom à l’enseigne.

Cela fait donc plus de 100 ans que la légende du Harry’s Bar perdure, devenu une référence française pour ces cocktails à tomber par terre. De plus, une ambiance jazz nous attend tous les soirs au sous-sol. Cette atmosphère musicale est fidèle à la déco toujours rétro. Comptez 14€ pour un cocktail d’exception. La cave à whisky a aussi de très bons crus, de 15€ à 45€.
On se croirait presque dans un bar caché de New-York en pleine prohibition américaine.

Le Harry’s bar – 5 rue Daunou, IIe
Ouvert tous les jours de 12h à 2h sauf le dimanche de 16h à 1h.
Metro: Ligne 3, 7, 8, Opéra