fbpx

Savez-vous qu'il est toujours possible de jouer au fameux jeu de paume à Paris ?

Jeu de Paume Lauriston Paris © Christophe Guibbaud / FFT
Par Romane Fraysse

Le jeu de paume est un nom méconnu, excepté pour le fameux musée parisien situé dans les Tuileries. Mais avant de devenir un centre de la photographie contemporaine, il était un sport de raquette qui a connu un véritable âge d’or à Paris !

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Le jeu de paume, c’est quoi ?

Si le jeu de paume est désormais peu connu, il était autrefois un sport adoré par bon nombre de Parisiens ! Pratiqué depuis l’Antiquité en Europe, ce sport de balle se pratiquait tout d’abord à main nue ou avec des gants, avant de devenir un sport de raquette. Ancêtre de la pelote basque et du tennis, celui-ci a connu un âge d’or entre le XIVe et le XVIIIe siècle, si bien que de nombreuses salles, dénommées des “tripots”, ont vu le jour au sein de la capitale pour le pratiquer.

Illustration du jeu de paume
Illustration du jeu de paume

Du tripot au musée

Dès le XIV siècle, le peuple français, toutes classes confondues, se passionne pour le jeu de paume. Ce sport étant très en vogue à Paris, le paumier est officialisé par François Ier, le 9 novembre 1527, comme un véritable métier. La pratique se répand alors au sein de la capitale, où l’on ne compte pas moins de 1 800 tripots et terrains en plein air dès le XVIe siècle. Il n’est pas rare de voir des souverains s’adonner à ce jeu devant un public fasciné, si bien qu’on le nomme durant un temps le “Jeu des Rois”.

Le Jeu de Paume, musée dans un ancien tripot à Paris
Le Jeu de Paume, musée dans un ancien tripot à Paris

Si le jeu de paume  a connu un réel engouement en France durant ces siècles, il a peu à peu laissé sa place à d’autres sports, comme le tennis. C’est à partir du XVIIIe siècle que ce sport de raquette passe aux oubliettes, et que les tripots ferment peu à peu leurs portes. Ceux-ci sont alors investis pour accueillir des théâtres ou des musées ouverts au public. Aujourd’hui, on peut notamment citer le fameux Jeu de Paume, centre dédié à la photographie moderne et contemporaine.

Un sport toujours d’actualité

Aujourd’hui encore, l’un des derniers tripots existe au sein du 16e arrondissement de Paris. Situé dans la rue Lauriston, cette grande salle accueille de nombreux passionnés et initie aussi au jeu de paume. Contrairement au tennis, ce sport se joue avec une balle similaire au baseball, et peut interagir avec différents espaces du terrain, comme les murs. D’ailleurs, sans le savoir, on use couramment d’expressions qui proviennent de sa pratique, comme “Qui va à la chasse perd sa place”, ou “Jeu de main, jeu de vilain !”.

Partie de courte paume au tripot de la rue Lauriston à Paris, 1925 - © Gallica
Partie de courte paume au tripot de la rue Lauriston à Paris, 1925 – © Gallica
Le tripot de la rue Lauriston à Paris - © Société sportive du jeu de paume et de racquets
Le tripot de la rue Lauriston à Paris – © Société sportive du jeu de paume et de racquets

Société sportive du jeu de paume et de racquets
74 ter rue Lauriston, 75116 Paris

À lire également : La folle histoire du jeu de paume en France

Image à la une : Jeu de Paume Lauriston Paris © Christophe Guibbaud / FFT

inscription