Niché dans le 9e arrondissement, plus précisément rue du Havre, le lycée Condorcet est l’un des quatre plus vieux lycées de la capitale. Classé monument historique en 1981, il est un témoin singulier d’une histoire mouvementée et abritait un couvent avant d’être transformé définitivement en école !

Un ancien couvent

Le lycée tel qu’on le connait aujourd’hui a été créé en 1804. Mais avant cette date, le bâtiment était un couvent, accueillant des Capucins depuis les années 1780. Louis XV invite alors les moines à s’installer dans le quartier de la Chaussée-d’Antin qui connait un développement rapide mais sans lieu de culte particulier. L’architecte Alexandre-Théodore Brongniart transforme les bâtiments de 1781 à 1783 et les Capucins y évoluent jusqu’à la Révolution.

Le couvent des capucins : le cloître devenu cour de récréation

En 1789, le couvent « Saint-Louis-d’Antin » est déclaré « bien national » et disparait. Le lycée ainsi construit à sa suite, est lui-même menacé de destruction en 1853 pour la construction d’une immense basilique ; projet qui ne verra finalement pas le jour.

Devenu prestigieux lycée

Le lycée acquiert de l’importance en premier lieu grâce à sa localisation centrale et proche de la gare Saint-Lazare. Il devient très rapidement un des lycées les plus peuplés avec 1600 élèves en 1879 ! En 1880, face à l’afflux toujours plus croissant, le lycée loue des boutiques rue de Rome pour les aménager en salles de classe ! Une densité surprenante lorsqu’on sait que Condorcet figure parmi les rares lycées à n’avoir jamais eu d’internat.

« La sortie du lycée », peinture à l’huile de Jean Béraud (1903)
© Musée Carnavalet

Classé au 4e rang national en 2017, Condorcet est l’un des premiers lycées à avoir accueilli des femmes, d’abord en classe préparatoire littéraire à partir de 1924, puis dans le secondaire. Lorsqu’en 1972, l’école Polytechnique s’ouvre aux femmes, la première au concours, Anne Chopinet arrive de Condorcet !

Elle n’est pas la seule à avoir parcouru les couloirs de l’ancien cloître ; le lycée Condorcet a vu évoluer nombre de personnalités : l’ancien président de la République Sadi Carnot, le baron Haussmann, Marcel Proust, mais aussi Louis de Funès, Jacques Dutronc et Serge Gainsbourg.

Mais pourquoi « Condorcet » ?

Lorsqu’en 1803 le couvent devient lycée, il prend le nom du quartier, la Chaussée-d’Antin. Ses noms suivent l’évolution politique de la France : de Chaussée-d’Antin il deviendra le collège royal de Bourbon, puis le lycée Bonaparte, et enfin Condorcet. Mais d’où vient cette appellation ?

Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, est un économiste, mathématicien et homme politique français, symbole des Lumières. Il est connu notamment pour ses travaux sur les probabilités et pour son engagement politique aux côtés des Girondins. Il propose des réformes du système éducatif et pénal notamment. Emprisonné sous la révolution, en 1794, il meurt deux jours après. Il est amusant de noter que le lycée a été rebaptisé « Lycée Karl Marx » en mai 1968, jusqu’à ce que les élèves prennent conscience que Nicolas de Condorcet était lui-même révolutionnaire !

À lire également : Sophie Germain, mathématicienne autodidacte et pionnière méconnue

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités