Pourquoi le 6e arrondissement est le meilleur ?

7166561666_546c872e1f_h

Ce magnifique arrondissement est bel est bien le meilleur d’entre tous. Les jaloux diront qu’il est trop cher, trop bourgeois, mais c’est parce qu’ils n’ont pas réussi à se laisser bercer par les doux murmures du passé qui se cache sous chaque pierre…

Le Luco

Ce très fameux jardin est l’icône absolue du quartier. Avec ses grandes étendues, le Sénat, les petits bateaux en bois qui flottent sur le bassin central, c’est toujours agréable de l’arpenter. Rien ne vaut le fait de s’asseoir sur une chaise devant le fontaine Médicis et voir les nombreux couples de touristes qui s’y font prendre en photo en tenue de mariés.

Luxe, calme et volupté

C’est toujours un grand moment de délice que de se promener dans les rues du quartier, et ce à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Si, la journée, les façades des galeries d’art et des boutiques de vêtements haute couture fascinent, le soir ce sont les façades jaunies par les réverbères qui semblent prendre vie. On déambule de petite rue en petite rue jusqu’à arriver devant le théâtre de l’Odéon ou devant le mur du Bateau Ivre de Rimbaud, rue Henri de Jouvenel.

© Vysotsky

© Vysotsky

Le plus vieux bistrot de Paris

Le Procope a plusieurs étiquettes : plus vieux café de Paris, mais également plus vieux restaurant. Il est ouvert depuis 1686 et a vu passé de nombreux clients comme Robespierre, Danton puis plus tard Victor Hugo, Alfred de Musset… Et puis, chose aussi unique qu’étonnante, on peut y déjeuner à côté du chapeau de Napoléon Bonaparte!

Un quartier d’intellectuels

Saint-Germain-des-Prés a été marqué par la présence de grands intellectuels comme Sartre ou Beauvoir. De nombreux intellectuels contemporains traînent encore dans les jolis cafés du quartier comme Les Éditeurs, Les Deux Magots… Et puis, l’Institut de France situé au bout du Pont de Arts fait que les académiciens en tout genre traînent leur bosse dans les environs.

les deux magots paris zigzag

© Brian Solis

La Nouvelle Vague

De nombreux réalisateurs de la Nouvelle Vague se sont inspirés des décors du quartier pour tourner leurs films. Jean-Luc Godard a tourné au Luxembourg un de ses premiers courts-métrages « Tous les garçons s’appellent Patrick », scénarisé par Eric Rhomer. Quant à Agnès Varda – dont le style est qualifié de « cinéma de la Rive Gauche » – son film « Cléo de 5 à 7″ se passe grandement dans le 6e : l’héroïne déambule Quai de Conty, passe devant les galeries d’art des petites rues proches de la Seine avant de regagner Vavin et s’asseoir au Dôme.

L’église Saint-Sulpice

Cette magnifique église est une des perles du quartier. Ses deux tours asymétriques lui donnent une drôle d’allure. À l’intérieur, les œuvres de Delacroix et un gnomon qui permet de connaître la date exacte de Pâques sont sa principale richesse. Sur la place de l’église se déroulent de grands marchés comme des ventes d’antiquités.

© marichu_simplemente

© marichu_simplemente

Quelques bars pas chers

Non, le 6ème arrondissement n’est pas qu’un quartier hors de prix et intouchable ! Des petites adresses offrent des bières à très bon prix comme Le Caméléon, rue Saint-André-des-Arts ou Le Boulevard sur le boulevard Raspail. Le bar du théâtre du Lucernaire offre également d’excellents happy-hours. Et pour danser jusqu’au bout de la nuit sur de la musique rock, c’est au Shannon Pub, rue de Bréa, qu’il faut se rendre.

Des maisons d’artistes à découvrir

Plusieurs mouvements artistiques ayant eu ce quartier pour berceau, de nombreuses maisons d’artistes sont encore visibles. La plus colorée est sûrement celle de Gainsbourg, au 5 bis rue de Verneuil, dont la devanture est couverte de tags d’admirateurs. Mais on trouve aussi celle de Delacroix, transformée en un formidable musée. On y visite les ateliers du grand peintre et on profite d’une tranquille balade dans la jolie cour que les chats du quartier adorent !

© clemence_gdy

© clemence_gdy

Image de Une : crédits Eran Menashri