paris-litteraire-cafe-de-flore
Confidentiel

Adresses mythiques du Paris littéraire

Finalement les plus grands peintres, poètes, penseurs, écrivains de ces derniers siècles étaient comme tout le monde ou presque. Ils se retrouvaient dans des bars ou cafés et y refaisaient le monde des heures durant. Entre nuages de fumée et vapeurs d’alcool, ils échangeaient, débattaient, s’amusaient ou s’affrontaient dans des adresses parisiennes transformées en quartier général.

Quelle que soit l’époque, des Rousseau, Verlaine, Sartre, Cocteau, Picasso ou autre Hemingway squattaient jusque tard dans la nuit certains comptoirs ou terrasses de bistrots parisiens faisant rentrer ces adresses dans la légende. Petit tour d’horizon de quelques adresses mythiques du Paris Littéraire et artistique.
D’ailleurs, sachez qu’au travers de notre visite guidée de Saint Germain des Prés et notre visite guidée de Montmartre, nous évoquons et passons par certains de ces lieux mythiques.

hemingway a paris
Hemingway et ses amis dans un café parisien
 

sartre beauvoir flore
Sartre et Simone de Beauvoir au Café de Flore
 

sartre beauvoir vian paris
Sartre, Vian et Beauvoir refont le monde
 

verlaine au procope
Paul Verlaine au Procope
 

picasso modigliani devant la rotonde
Modigliani, Picasso et Salmon immortalisés par Jean Cocteau sortant de la rotonde en 1916

La Closerie des Lilas
Ancien simple relais de poste sur la route de Fontainebleau, la Closerie des Lilas est devenue le premier café qui a donné la réputation artistique du quartier de Montparnasse. Dès le 19ème siècle Emile Zola y établit son quartier général avec ses amis Paul Cézanne ou Théophile Gautier. Au 20ème siècle, Paul Verlaine et Guillaume Apollinaire ont participé à la légende du lieu en se réunissant tous les mardis avec d’autres hommes de lettres de l’époque pour débattre, échanger et déclamer des poèmes. Les américains fuyant la prohibition, s’y installaient également pour boire en toute tranquillité et refaire le monde comme Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald ou Henry Miller. D’autres grands noms s’y retrouvaient aussi comme Oscar Wilde, Samuel Beckett ou encore Jean Paul Sartre. Bref vous l’aurez compris, la Closerie des Lilas est l’un des lieux de la littérature et de la poésie les plus légendaires de Paris.

171 Boulevard du Montparnasse
Métro Raspail ou Vavin

closerie des lilas

Le Café de Flore
Véritable institution de St Germain des Prés où on s’y installe plus pour être vu qu’autre chose, le Flore a accueilli au 20ème siècle les plus grands noms de la littérature. Le mythique couple Jean Paul Sartre et Simone de Beauvoir y restaient près de 8 heures par jour. Pour la petite anecdote, ils y restaient car cela leur permettait d’être chauffé pour le prix d’un café grâce au grand poêle de l’établissement.
Albert Camus, Boris Vian ou Jacques Prévert y venaient également pour participer aux débats autour des courants existentialistes ou progressistes. Difficile de parler du Flore sans évoquer son voisin les Deux Magots où les artistes venaient aussi en nombre, et jonglaient entre les deux établissements.

172 Boulevard Saint-Germain 75006
Métro Saint Germain des Prés

cafe de flore

Le Café de la Paix
Le Café de la Paix situé Place de l’Opéra ouvre en 1862. C’est l’inauguration de l’Opéra Garnier qui va lui donner une nouvelle dimension, aidé par l’aménagement de l’avenue de l’Opéra en 1875. Parmi ses illustres habitués on notera a Émile Zola, Guy de Maupassant, Oscar Wilde, Marcel Proust, André Gide et l’incontournable Ernest Hemingway.

café de la paix

Le Procope
Souvent présenté comme le plus ancien café de Paris (ce qui d’ailleurs est plus ou moins vrai), c’est au siècle des Lumières que le Procope connut la plus forte concentration des grands penseurs. Voltaire, Diderot, Rousseau rien que ceux-là s’y retrouvaient autour d’un café ou d’une glace. Au 19ème siècle, Paul Verlaine, Victor Hugo, Alfred de Musset, ou Honoré de Balzac l’ont fréquenté régulièrement. Aujourd’hui, c’est l’un des emblèmes de Paris où les touristes se pressent pour une pause dans ce décor plutôt atypique pour un café parisien.

13 Rue Ancienne Comédie, 75006
Métro Odéon

procope paris

La Rotonde
La Rotonde a permis au même titre que la Closerie des Lilas de faire migrer certains peintres du quartier de Montmartre vers celui de Montparnasse. Plus tard ce sera au tour de Guillaume Apollinaire dans les années 10/20 d’en devenir l’un de ses illustres habitués. On y verra également Amedo Modigliani attablé avec Blaise Cendrars. Les surréalistes, fans de zinc parisien y défileront également comme André Breton, Louis Aragon, Jacques Prévert et Raymond Queneau. Hemingway (souvent cité dans cet article !) aimait également s’y poser. D’ailleurs dans « Le soleil se lève aussi », paru en 1949, il écrit: « Le taxi s’arrêta en face de la Rotonde. Quel que soit le café de Montparnasse où vous demandiez à un chauffeur de la rive droite de vous conduire, il vous conduira toujours à la Rotonde ». Les incontournables expatriés Francis Scott Fitzgerald et Henri Miller s’y retrouvent aussi. Bref, vous l’avez compris il s’agit d’une adresse incontournable quand on parle du Paris artistique !

105 Boulevard Montparnasse 75006
Métro Vavin

la rotonde paris

Inscrivez vous à notre prochaine visite guidée !

Vous devriez aimer

Vos commentaires

6 commentaires

Aaahh!! La Rotonde!! Superbe endroit.
Une remarque cependant : Apollinaire étant décédé en 1918, il n’a pu la fréquenter dans les années 20 ;)

Que de belles adresses ! On aime aussi Shakespeare and Co pour les écrivains anglophones d’aujourd’hui qui accueille les jeunes talents et les dorlote.

Fantastastique!!!
J’adoré. Merci.

  • Daisy Tannenbaum
  • 2 décembre 2012
  • 22h17
  • Répondre

Pardon my English. (My French spelling is horrid.) I LOVE your site and the beautiful photos, but I’m fairly certain this photo of Hemingway was taken at a café in Pamplona, Spain, in 1924, during the running of the bulls. In the photo, left to right: Harold Loeb, Hemingway, Duffy Twysden, Hadley Hemingway, Donald Stewart and Pat Guthrie. It is thought that Loeb, Twysden, Stewart and Guthrie figured as roman à clef characters in Hemingways, « The Sun Also Rises, » published in 1926.

  • BOUSSION Catherine
  • 6 novembre 2012
  • 07h27
  • Répondre

Tout à fait les artticles que j’aime. Merci beaucoup, J’apprécie énormément les lieux à la base simples, qui font sans le savoir, l’histoire.

Bonne journée

Catherine – Le Pêle-Mêle de Cathy

Il manque peut-être « Le boeuf sur le toit »

Laisser un commentaire

3 + 5 =