La petite histoire du Bon Marché

Le Bon Marché

Que serait Paris sans ses grands magasins, ses « cathédrales du commerce moderne » que l’on foule pour trouver la moindre de nos envies ? On vous raconte la petite histoire de celui par qui tout a commencé à Paris : le Bon Marché !

Une petite mercerie transformée en temple de la consommation

Les Galeries Lafayette, le Printemps, le Bazar de l’Hôtel de Ville, tous situés rive droite, font partie des grands magasins les plus prestigieux de la capitale. Mais le plus emblématique, car le premier d’entre tous, restera le seul établi rive gauche au XIXe siècle : le Bon Marché, passé de simple mercerie à temple de la vente de détails en seulement quelques années !

Tout débute en 1838 lorsque les frères Videau ouvrent leur mercerie à l’angle de la rue de Sèvres et de la rue du Bac. Dans cette petite boutique, ils ne vendent encore que des tissus, des accessoires de couture, des parapluies et de la literie. Pour le moment, encore rien de très novateur ! C’est en 1852, au moment où les frères s’associent avec leur employé Aristide Boucicaut et son épouse que les premières modifications annonciatrices des grands magasins voient le jour : les prix sont indiqués sur une étiquette, la marge est faible, le « satisfait ou remboursé » est lancé et les achalandages se transforment en véritable scénographie. Bref, le couple Boucicaut ne vend pas seulement des produits, il vend l’envie d’acheter.

Affiche publicitaire de 1920

Affiche publicitaire de 1920.

Un magasin où le client est roi

En 1869, le couple Boucicaut, désormais seul aux commandes, a déjà fait du Bon Marché une adresse incontournable, mais il a plus d’ambition encore et des idées avant-gardistes à revendre. En plus d’agrandir régulièrement le magasin, ils innovent constamment pour développer les ventes et satisfaire les clients. Ils mettent en place des périodes dédiées aux fortes ventes, popularisent les soldes avec la semaine du blanc, créent la vente sur catalogue

Mais peut être que la réalisation la plus folle du couple Boucicaut sera celle de l’Hôtel Lutétia, inauguré en 1910, plusieurs années après le décès du couple. Marguerite Boucicaut avait initié le projet dans le seul but que ses clients étrangers puissent être logés avec tout le luxe possible, près de son établissement !

Hotel Lutetia

Une gestion paternaliste et bienveillante

Avec 1788 employés en 1877, Au Bon Marché participe à l’émergence d’une toute nouvelle classe sociale : celle des employés. Ceux du magasin bénéficieront de multiples avantages tels qu’un réfectoire gratuit, une caisse de prévoyance, une caisse de retraite ainsi qu’un jour de congé payé hebdomadaire. On ne s’en rend pas bien compte aujourd’hui, mais il s’agit d’une véritable révolution sociale pour l’époque… Rappelons que les premières lois sur l’instauration du repos hebdomadaire ne datent que de 1906 !

bon marché histoire

En 1984, le groupe LVMH de Bernard Arnault rachète le magasin. Depuis, Au Bon Marché est devenu Le Bon Marché, il est consacré au luxe et sa principale cible sont les clients étrangers… Bref, ça n’a plus grand chose à voir avec le magasin des frères Videau et du couple Boucicaut, mais l’édifice est toujours aussi sublime !

Le Bon Marché

À lire également : La petite histoire du BHV Marais
La petite histoire des Grands Magasins Dufayel