metro-paris-zigzag

Alors que ce vendredi 27 décembre marque la 23e journée de grève contre la réforme des retraites, un nouveau record vient de tomber : le mouvement social vient de dépasser celui de 1995 en termes de durée…

Advertisement

Si le réseau francilien est toujours paralysé en cette période de fêtes, une accalmie n’est pas encore d’actualité à l’orée du mois de janvier… En effet, le service de communication de la CGT s’est targué hier sur Twitter d’avoir atteint le million d’euros récoltés sur une cagnotte de soutien mise en ligne depuis le début du mouvement.

Collectés auprès de plus de 100 000 donateurs issus de tous les horizons, les fonds perçus traduisent un élan de solidarité inédit depuis la création de la caisse de grève et sont alors synonymes d’une reconduction illimitée de la grève des transports, loin de nous alors le jour où nous pourrons reprendre le métro…

Un impact désastreux pour les commerçants parisiens

Mais cette interruption, faisant le bonheur des uns, n’est évidemment pas sans conséquence pour les autres : les travailleurs franciliens subissent de plein fouet la paralysie générale des transports : télétravail forcé, majoration du prix des moyens de locomotion de substitution et hausse des accidents de la route participent au désormais pesant quotidien parisien.

Zigzag n’a pas vocation à intervenir sur le bien-fondé de cette grève. Pour autant, il est de notre devoir d’alerter sur la situation délicate et inquiétante de nombreux petits artisans et commerçants que nous mettons en avant toute l’année et qui risquent de perdre leurs activité…Un impact économique inédit s’abat en effet sur ces derniers, qui font face, impuissants, à une baisse moyenne de 30% de leur chiffre d’affaires (jusqu’à 50% pour certains hôtels et restaurants), selon la Chambre du Commerce et de l’Industrie, qui a d’ailleurs sondé les commerçants parisiens : 96% d’entre eux estiment “souffrir en termes de fréquentation et de chiffre d’affaires”.

Romain le Mouellic, fondateur des bars Le Syndicat et La Commune, s’inquiète de cette situation dramatique pour le petit commerce : « Depuis 5 ans et notre ouverture, pas une seule année ne s’est passée sans que des événements très difficiles ne touchent notre activité. Grèves en 2016, gilets jaunes en 2018…tout cela a considérablement entravé notre développement, refroidi notre bel enthousiasme, douché nos énergies. Mais là c’est d’une violence que nous n’avions jamais connue. Les gens doivent savoir l’impact, les souffrances, les drames individuels qu’engendrent de telles situations. Mais que cherche t-on ? La fermeture du petit commerce en France ? Quelle sera la prochaine étape ? Quel crève-coeur! »

En attendant une reprise progressive, Anne Hidalgo a promis une aide de 2,5 millions d’euros aux commerçants, traduite par une “exonération des taxes d’utilisation des étalages et des terrasses”. Côté RATP, si un remboursement du pass Navigo a été annoncé, on ne sait encore rien sur les modalités de cette indemnité.

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités