Tandis que le port du masque est désormais obligatoire dans les transports en commun, les moyens de faire respecter cette règle ne sont pas les mêmes partout. Depuis le 6 mai, des caméras mesurent le taux de port du masque dans la station Châtelet-Les Halles. L’expérimentation va durer 3 mois. 

L’entreprise derrière tout ça ? DatakaLab, une start-up française spécialisée dans l’analyse des émotions des visages humains à des fins marketing. Fondée en 2016,  elle gère les caméras et est à l’origine du système permettant le procédé. Le but de l’opération est, selon l’entreprise, de produire des données chiffrées et mesurer le taux d’adoption du masque. 

Un taux de fiabilité de 90 %

Actuellement, 6 caméras (déjà présentes auparavant) installées dans la station Châtelet sont reliées à un logiciel de reconnaissance automatique qui détermine si les personnes filmées portent, ou non, un masque. À terme, 12 caméras seront installées. Selon la start-up, les premiers tests ont révélé un taux de fiabilité de 90%. L’entreprise a déjà mis en place fin avril un système similaire à Cannes

Pas d’images stockées ou transmises

La question du droit à l’image et de la vie privée se pose. « Tout le traitement se fait au niveau de la caméra : aucune image n’est transmise, seule une statistique est envoyée » a assuré Xavier Fischer, co-fondateur de DatakaLab, au Monde. Les données récoltées sont envoyées toutes les 15 minutes : ainsi, impossible de verbaliser des usagers qui ne portent pas de masque. Les voyageurs seront par ailleurs informés de la présence de ces caméras par des messages sur les panneaux d’affichage de la station. De plus, les individus ne peuvent pas être reconnus par l’algorithme.

La Cnil informée

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a été informée et examine actuellement le système. Elle n’a pas encore rendu d’avis définitif. Contactée par le site spécialisé dans le numérique et les nouvelles technologies NextInpact, elle a cependant estimée que les mesures d’anonymisation prévues « présentent des garanties en matière de protection de la vie privée des personnes ».

À lire également : Déconfinement : Anne Hidalgo envisage de réserver des rues entières aux bars et aux restaurants

Manon Gazin

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités