Rue des Deux Boules

Paris compte plus de 5000 voies publiques. Si aujourd’hui leurs noms font référence à des grands événements, des villes ou des personnalités connues, pendant longtemps elle ont été principalement nommées en référence à un monument ou un commerce situé sur la voie, la végétation alentour, voire au type de population qui arpentait ses pavés. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que se cachent, parmi ces milliers de voies, des rues aux noms insolites ou improbables. En voici une petite sélection !

La rue Brisemiche dans le 4e arrondissement

Dans cette rue située à deux pas du Centre Georges Pompidou, on donnait autrefois du pain aux chanoines de la Collégiale Saint-Merri, d’où son nom. Vous êtes déçus et vous vous attendiez à du croustillant ? Vous aviez raison car, au XIIIe siècle, cette rue était un haut-lieu de la prostitution et était nommée rue Baille-Hoë… soit, en vieux français, la rue qui « donne joie » !

Les rues de la Grande et de la Petite Truanderie dans le 1er arrondissement

Ces deux rues au nom si cruel du quartier des Halles datent du XIIe siècle et doivent leur nom au mot truand qui signifiait autrefois mendiant, fainéant ou vaurien. À l’époque déjà, le quartier était l’un des plus animés de la capitale. Toutes sortes de populations s’y côtoyaient, dont les plus indigents qui s’y regroupaient volontiers.

La rue des Deux-Boules dans le 1er arrondissement

Calmez vos ardeurs, rien de salace dans ce nom ! Deux versions s’affrontent quant à son origine : le nom viendrait soit d’une enseigne présente dans la rue autrefois, ce qui semblerait logique puisque c’est ainsi que de nombreuses rues étaient nommées, soit des parties de boules auxquelles participaient les clercs et les procureurs du palais de justice et de la prison du Grand Châtelet voisine.

Le passage Vérité dans le 1er arrondissement

Ce petit passage est nommé ainsi car autrefois s’y trouvait un cabinet de lecture du même nom où l’on vendait les journaux du jour et de la veille. Ce passage couvert du 1er arrondissement rejoignant la rue des Bons-Enfants à la place de Valois a été construit en même temps que l’immeuble qu’il traverse. Ce dernier servait de logement aux officiers de la Maison d’Orléans.

La rue des Mauvais-Garçons dans le 4e arrondissement

Nommée ainsi dès le XVIe siècle, cette rue du 4e arrondissement était autrefois le quartier général parisien… des mauvais garçons ! Apparus en France quelques années auparavant sous le règne de François 1er, ces “mauvais garçons” étaient des bandes, souvent armées, qui s’organisaient dans les quartiers pour terroriser les habitants.

Rue des Mauvais Garçons

À lire également : Comment attribue-t-on un nom à une rue ?

Crédit photo de Une : rgodbear / Instagram

Les prochaines visites guidées