Qui est le BOBO aujourd’hui ?

15 mai 2018

max-panama-312158-unsplash

Cela fait dix ans qu’on l’entend gronder dans nos quartiers : un bar à bobos, un resto de bobos, un concept store pour bobos…

Mais finalement, qui est le bobo ? A force de voir du « bobo » partout on ne sait plus trop où il se niche… Et si nous avions tous nos petits tocs de bobos ?

Introspection.

Le bobo aime le bois

Que ce soit pour mélanger ses courgettes bio de Normandie ou pour s’assoir écolo : le bobo adore les trucs en bois. Idéalement écoresponsables, idéalement achetés chez Made, idéalement « scandinave ».

Le bobo aime le design

Même s’il passe ses dimanches dans les brocantes, la maison du bobo ne ressemble pas à une vide grenier qui sent la récup’ ! Non, il associera finement sa Dame Jeanne piquée à grand Papy à sa copie de fauteuil Eames ou Bertoia…

anna-sullivan-635350-unsplash

Le bobo est high tech

Certes il aime s’assoir en tailleur sur son tapis berbère mais attention, il arbore aussi nonchalamment son Apple Watch au poignet et s’est équipé de la platine dernier cri pour écouter sa jolie collection de Vinyles 60’s. Pas fou le bobo !

Le bobo aime théoriser les choses logiques

« Je pense qu’il est bon d’être dans l’éducation positive mais de rester légèrement ferme lorsque le cadre est franchi. Que notre fils apprenne très tôt la notion de politesse mais qu’il puisse se tromper, sans se sentir jugé. »

Oui… C’est du bon sens mais ça a plus de classe quand on lui donne des airs de Dolto !

Le bobo aime manger

Il adore parler nourriture et il adore parler concept : donc il adore les concepts autour de la food ! Bar à mozza’, bar à houmous, bar à vin, bar à tapas… Il aime conceptualiser la nourriture pour la rendre beaucoup plus cool. Une tartine de beurre ne sera pas une simple tartine de beurre mais « un toast beurré avec concassé de sésame et sa petite confiture d’airelle. » Tout simplement.

brenda-godinez-227272-unsplash

Le bobo mange des aliments rares

Pour rendre folle n’importe quelle recette de penne au fromage, le bobo ajoutera sa touche secrète : les super-aliments. Des aliments qui s’achètent en vrac, très chers, au goût et à la couleur insolite. Graines de chia, goji, maca, spiruline… Le tout est de TOUJOURS saupoudrer ses plats d’un aliment au nom étrange.

Le bobo aime les sports lents

Il mange bio et fait attention à son corps, bien sûr, mais il ne va pas se tuer dans des sports trop violents où la gagne et la transpiration font loi.

Il préfèrera le sport « tranquille », le sport qui travaille le mental et le physique, qui n’essouffle pas trop mais fait respirer en profondeur… Bref, le yoga sous toutes ses formes, c’est son dada !

Le bobo se soigne avec des huiles essentielles

Le bobo adore débattre sur les vaccins, le lactose mais ce qu’il aime par-dessus tout, c’est se soigner avec sa petite tripotée de flacons d’huile essentielle. « Tu as mal au dos ? » Attends j’ai du gaulthérie couché ! », « Tu sais tu devrais respirer de la menthe poivrée plutôt que de te gaver de Doliprane… », « Pour mes coups de soleil ? Je n’utilise que de la lavande fine… »

Sans doute fut-il apothicaire dans une autre vie… Ou druide.

rawpixel-617402-unsplash

Le bobo est toujours propre sur lui

Attention, le bobo n’est pas « le babos » ! Pas de pantalon en chanvre, de dreadlocks ou de boue sur ses chaussures. Non, il aime la nature mais aime aussi son petit pot de cire à quarante euros pour soigner sa chevelure mi-courte, mi-longue et son bain rempli d’élixir relaxante de Weleda !

Le bobo aime avoir des QG

Son « bar de quartier » il y tient plus qu’à la prunelle de ses yeux ! C’est ce qui lui manque le plus en vacances : son petit bar qui ne paye pas de mine, avec son comptoir et sa bière pas chère. Son serveur qui le connaît comme son frangin et sa bande d’habitués qui se font des afterworks soft en bas de chez eux. Il y va le matin au café, le dimanche après-midi après le brunch et le soir pour son petit apéro.

Le bobo aime se distinguer

TOUT pourvu qu’il ne ressemble pas à son voisin « normal » ! Son jean brut n’est pas un jean brut comme les autres : il est en coton bio recyclé fait par une ONG ; son bonnet n’est pas un bonnet en laine lambda : c’est un bonnet en mohair tricoté main et déniché dans la seule boutique du Marais qui vend la marque !

Il faut être comme tout le monde mais différemment.

ornella-binni-102185-unsplash

Le bobo ressent les énergies

Un couple de bobo n’achètera pas une maison s’ils sentent des mauvaises ondes. Ils aiment bien se pencher sur le magnétisme, les mystères de la vie et les câlins aux arbres…

Le bobo est fatigué parce qu’il a changé la place de son lit mais que la tête est sans doute sur un nœud énergétique ; il n’a pas « envie de manger un gros steack saignant », il a « un besoin intense de protéines ».

C’est plus mystérieux, moins « normal », donc plus chouette !

Le bobo a pas mal de cactus

Le bobo n’a pas forcément la main verte, alors, il le cache en parsemant son intérieur d’une tonne de catcus en tout genre.

Ça montre aux autres qu’il est « green » mais ça permet de partir en vacances trois semaines sans voir ses plantes décimées.

ember-ivory-437636-unsplash

Le bobo est contradictoire.

Mais il adore qu’on le traite de bobo !

Avouez, c’est tout vous ?