Le Mémorial caché du Marais

memorial-shoah-paris-4eme
Note de la rédac
Mémorial de la Shoah - 17, rue Geoffroy l’Asnier, 75004
Pont Marie (ligne 7) ou Saint-Paul (ligne 1)
Ouvert tous les jours de 10h à 18h (sauf le samedi)
01.42.77.44.72
Entrée libre
© Mémorial de la Shoah / Jean-Marc Lebaz et PEW

Mis à jour en septembre 2016

 

 

Depuis près de neuf siècles, une part importante de la communauté juive parisienne s’est installée dans le quartier historique du Marais, y a développé des commerces, a accueilli les réfugiés des premiers pogroms d’Europe de l’Est et a connu sous l’occupation les rafles et la déportation vers les camps. La volonté de créer, dans ce même quartier, un lieu de mémoire de cette période tragique de l’Histoire qui a vu mourir des millions de juifs dans des camps, semblait, dès lors, plutôt naturelle. C’est donc à deux pas de l’île Saint-Louis que, dès 1953, on s’active à construire ce monument, classé historique depuis 1991, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Mémorial de la Shoah.

memorial-shoah-paris-4eme

Pour se rendre au Mémorial, on peut traverser l’allée des Justes qui longe, sur la droite, le bâtiment et découvrir le Mur des Justes, rendant hommage aux hommes et aux femmes qui, souvent au péril de leur vie, ont œuvré pour sauver des Juifs persécutés.

Par une journée pluvieuse de septembre, on a décidé de pousser la porte de ce bâtiment très bien gardé et planqué à l’angle de l’allée des Justes de France et la rue Geoffroy-l’Asnier dans le 4ème arrondissement. Un guide charmant nous explique qu’il s’est passé un certain temps avant que le Mémorial ne se dote de tous ses équipements actuels. Cette structure est née de la fusion entre le Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), fondé initialement à Grenoble en 1943 et déménagé à Paris après la Libération, et le Mémorial du Martyr juif inconnu inauguré en 1956, tous deux créés à l’initiative du même homme, le militant Isaac Schneersohn.

memorial-shoah-paris-4eme

Sur le parvis du Mémorial, trône un cylindre de bronze portant les noms des camps, faisant face à une étoile de David sur la façade du bâtiment. A droite, on aperçoit des bas-reliefs représentant l’horreur des camps.

Au fil de la visite, on constate aisément que les installations mises en place dans les années 1950 côtoient celles apparues seulement en 2005, lors de l’ouverture au public le 27 janvier à l’occasion du 60ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Sur le parvis du bâtiment, on aperçoit un cylindre de bronze, entreposé après la guerre, qui porte les noms du Ghetto de Varsovie et des 12 camps de concentration et d’extermination, et symbolise les cheminées des camps de la mort.

memorial-shoah-paris-4eme

Le Mur des Noms, emblématique du Mémorial, a pris deux ans pour être réalisé : les noms des Juifs déportés de France entre 1942 et 1944 ont été gravés par année de déportation et par ordre alphabétique.

Le long du parvis d’origine, l’impressionnant Mur des Noms vient troubler le regard du visiteur, portant, au total, 76 000 inscriptions gravées dans la pierre qui sont autant de noms d’hommes, femmes et enfants juifs déportés de France entre les années 1942 et 1944. C’est, de toute évidence, ces trois modestes pans de murs qui, de toute les installations du musée, nous permettent de prendre véritablement la mesure des événements, surtout lorsque l’on entreprend de retrouver le nom d’un ancien déporté venu témoigner ou d’une des victimes dont on a croisé le portrait sur le parcours.

memorial-shoah-musee-crypte-paris-4eme

La crypte s’inspire de la forme républicaine de la tombe du Soldat inconnu avec au centre la flamme éternelle. A l’arrière, on trouve la salle des Fichiers, un espace concédé aux Archives nationales. © Mémorial de la Shoah / Tim Berton

A l’intérieur, on découvre, juste au-dessous du cylindre du parvis, une crypte faiblement éclairée avec, en son centre, une immense étoile de David en marbre noir, tombeau symbolique des six millions de juifs morts sans sépulture, sous lequel reposent les cendres des victimes recueillies dans les camps et ensevelies en 1957 dans de la terre d’Israël. A l’image de la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, une flamme éternelle brûle au centre de l’étoile.

memorial-shoah-paris-4eme

Ici, débute l’exposition permanente qui s’étale sur près de 1000m2 en anneau autour de la crypte.

La salle d’exposition permanente, s’étalant sur près de 1000m2 autour de la crypte, suit le fil de l’Histoire des Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, faisant écho également à l’Histoire européenne pour davantage d’emphase. Elle nous permet d’aborder l’histoire collective du génocide à travers le prisme de témoignages et de trajectoires de vie individuelles. L’exposition débouche sur un espace cubique où l’on découvre un impressionnant patchwork de photos présentant les visages de plus de 3500 enfants juifs déportés, sur des panneaux éclairés par transparence.

memorial-shoah-paris-4eme

Les photos de près de 3500 enfants juifs déportés sont exposés dans cette pièce, révélant toute la tristesse et l’injustice de cet épisode sombre de notre Histoire.

Au milieu de maquettes des camps, de vieux papiers d’identité, de vestiges retrouvés d’étoile jaune et d’uniforme rayé, ainsi que de clichés d’hommes, de femmes et d’enfants déportés, on revient sur les traces du génocide juif en n’oubliant pas d’aborder les autres massacres de population connus dans l’Histoire. Une institution, vieille de 60 ans, qui n’a pourtant cessé d’évoluer, pour devenir aujourd’hui le premier centre d’information européen sur la Shoah… à visiter au moins une fois !

memorial-shoah-paris-4eme

Des petites vitrines horizontales sont disposées tout au long de l’exposition, comportant chacune la photographie et la biographie d’une personne déportée, ainsi que des objets et des documents lui ayant appartenu.

memorial-shoah-paris-4eme

Des vestiges des camps ont été retrouvés et conservés et sont ici exposés pour que rendre palpable et imaginable la vie dans ces centres de la mort.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur leur site internet.

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail