Pont des Suicidés

Cette passerelle piétonne est sans doute la plus jolie de Paris. Du haut de ses 22 mètres, ce pont en pierre franchissant le lac des Buttes-Chaumont offre une vue imprenable sur la capitale et son agréable parc vallonné. Son histoire, elle, est moins réjouissante et son nom ne laisse aucun doute quant aux pratiques qui ont eu lieu là où l’on se balade tranquillement aujourd’hui.

Le théâtre de plusieurs centaines de suicides

En 150 ans d’existence, le pont des Suicidés n’a jamais possédé de dénomination officielle… mais depuis la fin du XIXe siècle, les Parisiens le connaissent sous le nom très évocateur de « pont fatal », « pont des suicidés » ou « pont des suicides ».

Pont des Suicidés

En effet, dès l’ouverture du parc en 1867, ce pont reliant la butte du parc à l’île du Belvédère commence à faire parler de lui pour une toute autre raison que sa sublime arche en pierre : on parle avant tout des nombreux suicidés venus s’abattre sur le sol situé en contre-bas. Un triste phénomène qui s’amplifiera au fil des ans, au point de devenir un véritable problème de société au cours des années 1890.

Pont des Suicidés

Nous sommes en 1896 et la presse se fait écho d’une macabre tendance : depuis plusieurs mois, le pont en arche des Buttes-Chaumont, déjà habitué aux décès par chute volontaire ou involontaire, est le théâtre d’une vague sans précédent de suicides. Le 10 juillet 1896, le quotidien La Presse rapporte ainsi pas moins de 29 suicides… rien qu’au cours du mois précédent.

La Presse
La Presse du 10 juillet 1896

Le même jour dans le quotidien Le Radical, on rapporte qu’une « pétition pour demander la surélévation de son parapet » a été lancée par les habitants du quartier, inquiets de voir ce nombre toujours plus impressionnant de suicides. Malgré l’ajout d’un haut grillage, de nombreux suicides continueront à avoir lieu régulièrement sur ce pont jusqu’au milieu du XXe siècle.

Le Radical
Le Radical du 10 juillet 1896

Pont des Suicidés
Parc des Buttes-Chaumont – 1 Rue Botzaris, 75019
Ouvert tous les jours de 7h à 21h

À lire également : Rue de la Grande Truanderie, pourquoi un nom si cruel ?

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités