Pancarte de la vitrine Au Renard Blanc

Qu’on les remarque à peine ou qu’elles nous fassent sursauter d’horreur, des milliers de petites ou grosses bêtes se partagent des coins entiers du métro parisien. Des colonies de grillons aux renards vagabonds, en passant par d’innombrable rats, c’est une vraie ménagerie qui grouille autour de nous ! En établissant des nids sur les pylônes d’alimentation ou en grignotant les fils électriques, la faune souterraine est d’ailleurs souvent responsable de ralentissements ou retards.

Des grillons jusqu’en 1995

Leurs chants ont fait venir un bout de campagne dans les couloirs du métro et les quelques survivants sur les lignes 3 et 9 peuvent compter sur le soutien de la Ligue de Protection des Grillons du Métro Parisien (LPGMP). C’est au début du XXe siècle qu’une colonie de grillons aurait voyagé jusqu’à Paris, se nichant dans des sacs de légumes importés du sud de la France. Attirés par la chaleur sous les rails, ils ont élu domicile dans le métro, se nourrissant principalement de mégots de cigarettes. La bétonisation et l’interdiction de fumer dans les transports ont néanmoins fortement contribué à leur éradication.

Des animaux plus ou moins bienvenus 

Un peu moins poétique, les rongeurs représente un vrai fléau. Si leur compagnie est peu appréciée des Parisiens, les campagnes de dératisation font bondir l’association Animaux Zoopolis Paris qui a même lancé une campagne pour les réhabiliter !

A côté des insectes et rongeurs, on peut faire aussi parfois des rencontres plus champêtres ! En février dernier ce n’est pas un colis piégé qui a fait ralentir le métro pendant presque 2h, mais un simple renard qui se baladait à la station Liberté…  Sans compter les chauve-souris qu’on ne remarque même pas. Quand on dit que la nature reprend ses droits !

© Pixabay

À lire également : Des tickets vieux de 70 ans retrouvés dans le métro

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités