• Offrez la box visite insolite
    Un cadeau ludique et culturel !

L’immeuble le plus insolite de Paris

immeuble-lavirotte-paris-7eme
  • Offrez la box visite insolite
    Un cadeau ludique et culturel !
Immeubles Lavirotte - 29, avenue Rapp, 75007 ; 3, square Rapp, 75007
Ecole Militaire

En promenade autour de la Tour Eiffel, on est sûrement déjà tous passés devant cette imposante bâtisse à la façade exubérante qui tranche avec la sobriété des immeubles environnants. La capitale abrite en effet quelques édifices pour le moins surprenants que l’on avait répertoriés dans un de nos précédents articles. Mais, l’un de nos plus précieux héritages de l’Art Nouveau parisien est, sans aucun doute, l’immeuble Lavirotte, véritable pépite architecturale. Retour en détails sur l’histoire de cette construction atypique qui attise toujours autant la curiosité et les regards des passants.

immeuble-lavirotte-paris-7eme

Haut de six étages et orné d’une façade Art Nouveau, cet immeuble, construit entre 1900 et 1901 pour le compte des grès Bigot, est tout bonnement l’oeuvre de l’architecte d’origine lyonnaise Jules Lavirotte. Pour plaire à son collaborateur, celui-ci se lança un défi des plus audacieux dans la lignée des travaux de son homologue Gaudí à Barcelone (entre autres à l’origine de la Sagrada Família, du parc Güell et de la Casa Milà). C’est la première fois que le Tout Paris voit apparaître une façade utilisant autant de céramiques : elle constitue à l’époque une véritable vitrine d’exposition pour les réalisations de l’artisan Alexandre Bigot, grand spécialiste des grès flammés.

immeuble-lavirotte-paris-7eme

immeuble-lavirotte-paris-7eme

 

Surplombant l’avenue Rapp dans un élégant face-à-face avec la Tour Eiffel, la devanture de l’immeuble Lavirotte – primée plus belle façade de Paris en 1901 et classée plus tard monument historique – se dresse dans l’asymétrie la plus totale, avec ses lignes courbes irrégulières. Si l’on étudie bien sa construction, on remarque aisément que les quatre travées de l’édifice sont parfaitement déséquilibrées : au 3ème étage, l’on aperçoit une fenêtre ovale légèrement avancée allant complètement à contre-courant des autres fenêtres plutôt rectangulaires et davantage en retrait. On peut également admirer la mosaïque de brique, de pierre et de céramique, minutieusement sculptée, par endroit, de motifs floraux et animaliers.

immeuble-lavirotte-paris-7eme

Mais, la pièce maîtresse de cette façade est de loin la porte d’entrée en bois massif et fer sculptés, encadrée de feuillages ondulants qui grimpent sur le visage surplombant d’une femme que l’on assimilerait à celui de Mme Lavirotte. Certaines théories portent à croire que de nombreuses allusions sexuelles sont faites à travers les gravures, notamment la forme phallique centrale décelée dans la disposition et la forme des vitraux qui ornent l’entrée (que l’on retrouve aussi dans celles du corridor et de la cour, si l’on a l’occasion de franchir le seuil de la porte) ainsi que le lézard qui fait office de poignée (en argot parisien de l’époque, cet animal désignait plus communément un phallus). En bref, un décor somptueux et chargé à outrance prend littéralement vie sur ces murs et n’en finit pas d’intriguer, et de diviser.

immeuble-lavirotte-paris-7eme

immeuble-lavirotte-paris-7eme

immeuble-lavirotte-paris-7eme

immeuble-lavirotte-paris-7eme

Et comme un seul immeuble n’a pas suffit à notre cher architecte pour laisser libre cours à son imagination débordante, il décida d’en bâtir un deuxième, moins surchargé, au niveau du square Rapp, rien que pour nous en mettre plein la vue – enfin, pour s’y établir, avant toute chose !

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail

Article du 05 septembre 2016

Facebook
Twitter
Google+