Un village quasi abandonné à quelques kilomètres de Paris

© alexisazarias / Instagram

À quelques minutes de la gare RER de Goussainville se trouve l’un des villages les plus insolites d’Île-de-France. Depuis 1973, ce hameau situé à cinq kilomètres de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle est presque entièrement abandonné et ses ruelles laissées au bon plaisir des amateurs d’exploration urbaine. On vous raconte comment un imbroglio administratif a plongé cet ensemble de maisons dans un silence presque fantomatique.

Le Vieux Pays de Goussainville figé dans les années 1970

Ce qui autrefois était le centre historique de Goussainville, ville de 30 000 habitants au coeur du Val-d’Oise, n’est (presque) plus que ruines, maisons murées, châteaux abandonnés et églises délabrées : en tout, ce sont aujourd’hui 137 édifices du Vieux Pays de Goussainville qui n’accueillent plus aucun habitant.

Pour comprendre comment ce village a pu tomber ainsi à l’abandon, il faut revenir au moment de l’édification de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, décidé en 1964 et inauguré dix ans plus tard. À cette époque, ce village dont l’histoire remonte au début du Moyen-Âge est encore un bourg comme les autres. Problème, il se trouve à deux pas de l’aéroport et pile dans l’axe de l’une de ses pistes… C’est donc un couloir aérien vraiment très bruyant qui passe au-dessus des centaines de maisons !

© ms_funkyfoxy / Instagram

© ms_funkyfoxy / Instagram

Dès la fin des années 60, des responsables d’Aéroports de Paris viennent donc proposer aux villageois de racheter leurs propriétés. L’objectif ? Raser les maisons pour développer à la place des projets économiques ou réaliser des espaces sans habitations… donc sans habitants qui pourraient se plaindre des bruits de l’aéroport ! Les prix sont attractifs, les arguments de la société encore plus : pour inciter les villageois à vendre, on leur dit que les avions passeront toutes les minutes, voire qu’ils largueront leur surplus de kérosène juste au-dessus du village.

Des maisons rachetées en vue d’être rasées, mais…

Quoique réticents, plus de la moitié des villageois finiront par vendre leur bien, à des prix nettement supérieurs au marché. Mais c’était sans compter sur la présence, au centre du village, de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul, classée aux monuments historiques !

L'église de Goussainville © ms_funkyfoxy / Instagram

L’église de Goussainville © ms_funkyfoxy / Instagram

Les monuments inscrits ou classés ne sont pas seulement protégés dans leur forme, mais également dans leur situation environnementale. Résultat, les abords de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Goussainville sont également protégés dans un rayon de 500 mètres : les maisons, quoiqu’abandonnées, ne peuvent pas être rasées. La société Aéroports de Paris se retrouve donc avec une centaine de maisons, dont elle ne sait que faire, sur les bras !

Quelques habitants, une école et une librairie

Aujourd’hui, à peine un tiers des habitations du Vieux Pays de Goussainville sont encore habitées, toutes les autres – celles rachetées par la société Aéroports de Paris – font le bonheur des amateurs de lieux abandonnés et d’exploration urbaine. Côté commerces et institutions, seules une école primaire et une librairie de livres d’occasion viennent donner un peu de vie à ce coin d’Île-de-France devenu bien tristounet.

© Sylvia Fredriksson / Flickr

Le château de Goussainville © Sylvia Fredriksson / Flickr

À lire également : Comment sont protégés les monuments historiques ?

Crédit photo de Une : © alexisazarias / Instagram