Sur les traces du Luna Park, premier parc d’attractions parisien !

luna-park-paris-zigzag

ll y a 110 ans exactement ouvrait un parc d’attractions profondément moderne pour l’époque : le Luna Park, situé à l’emplacement de l’actuel Palais des Congrès, dans le 17e arrondissement, et véritable témoin d’une époque où les grands espaces de loisirs à sensation émergeaient tout juste. Retour sur l’histoire de ce lieu d’hier méconnu des Parisiens d’aujourd’hui.

Luna Park, le rendez-vous des Parisiens en goguette

Imaginez la scène : dans les airs, des Parisiens endimanchés poussant des cris mi-terrifiés mi-amusés dans des montagnes russes. Au sol, des enfants enchaînant des tours de manège ou s’émerveillant devant des animaux aquatiques. Le Luna Park, c’était ça. Ancêtre de nos actuels parcs d’attraction aux spectaculaires superficies, il proposait toutes sortes d’installations foraines pour petits et grands.

Dans la droite lignée des expositions universelles, le Luna Park était réservé à un public bourgeois. On venait y chercher le frisson et l’amusement, dans des attractions à consonance anglo-saxonne, soigneusement nommées pour épater le chaland. Citons le Senic Railway, le Water Chute, le Balling Gull

D’autres attractions étaient affublées de sobriquets plus franchouillards, comme le Chatouilleur, une cuve en bois tirée vers le haut puis vers le bas le long de glissières incurvées. Le redoutable Théâtre des Flammes, ou encore les roues diaboliques, étaient là pour faire tanguer les froussards.

Carte postale illustrant la Water Chute

Carte postale illustrant la Water Chute

Montagnes russes, auto-tamponneuses, grands toboggans, remontées mécaniques, vente de ballons et manèges complétaient le joyeux paysage du parc. Ceux qui souhaitaient davantage s’encanailler se rendaient à des stands coquins offrant la possibilité de voir de jeunes femmes court vêtues.

Ouvert de 13 heures à minuit, le Luna Park coûtait 1 franc tous les jours de la semaine sauf le vendredi, jour d’affluence, où le prix était plus élevé. Le parc constituait à l’époque le troisième parc d’attraction de France, après le jardin de Tivoli et Magic City. Son modèle s’inspirait du parc de Coney Island à New-York, ouvert en 1903. Une telle offre d’attractions métalliques, certaines électriques, était permise en raison des fantastiques avancées de la Révolution industrielle.

luna-park-paris-zig-zag

Des cartes postales subsistent et témoignent de l’existence du parc. On remarque sur les photos des femmes élégantes en longues robes et grands chapeaux qui osent pourtant s’essayer à des attractions parfois des plus acrobatiques ou éclaboussantes ! Des chiffres farfelus accompagnent les images, comme la vitesse supposée des gondoles de la Water Chute : jusqu’à 120 voire 150 km/h nous dit-on !

luna-park-paris-zigzag (2)

Démoli en 1948

Malheureusement, la crise économique des années 30 marquera la fin du Luna Park, qui périclita lentement mais sûrement jusqu’à sa complète destruction en 1948. Longtemps laissé à l’abandon, sous forme de terrain vague, l’ancien emplacement du Luna Park deviendra dans les années 1970 le Palais des Congrès. Reste les cartes postales et quelques images filmiques à retrouver ici.

À lire également : La France a tenté de fabriquer un faux Paris en 1918 !
5 métiers oubliés du Paris d’antan