fbpx

Dans quelle église se situe le dernier cloître médiéval de Paris ? 

Cloître des Billettes - © Evous
Par Romane Fraysse

C’est dans le quartier du Marais que se trouve le plus ancien cloître ecclésiastique de la capitale. Datant de 1427, ce vestige médiéval, caché au cœur d’une église, doit son apparition à un miracle !

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Une rue longue de 900 mètres

Pour nous rendre vers ce cloître, on se dirige tout droit dans la rue des Archives, tout de même longue de 900 mètres ! Située entre les rues de Rivoli et de Bretagne, cette voie regroupe depuis 1889 plusieurs ruelles médiévales, dont la rue des Jardins. Certaines d’entre elles menaient vers l’enceinte de Philippe Auguste, qui coupait initialement la rue au niveau du n° 54 avant que la porte du Chaume n’y soit percée à la fin du XIIIe siècle. Comme l’on s’en doute, cette longue voie du 4e arrondissement porte désormais ce nom au fait qu’elle longe les Archives nationales.

L'église des Billettes - © Ville de Paris
L’église des Billettes, rue des Archives, Paris – © Ville de Paris

Un miracle à l’origine

Une légende raconte qu’une femme désargentée décide, au XIIIe siècle, d’emprunter de la monnaie à un usurier de confession juive habitant dans la rue des Jardins. Selon leur accord, elle lui dépose plusieurs habits en gage. Mais à l’approche de Pâques, celle-ci a besoin de les récupérer et n’a toujours pas l’argent suffisant : elle décide alors de les échanger contre de l’hostie, qu’elle cache sous sa langue. Après l’avoir donnée à l’usurier, celui-ci poignarde aussitôt l’hostie et la plonge dans de l’eau bouillante. L’eau se serait alors mise à saigner, et le Christ serait apparu. C’est donc à l’endroit où ce miracle s’est produit que le pape Boniface VIII décide, en 1295, de construire une chapelle.

Vitrail de l'église Saint-Etienne du Mont à Paris, salle des Catéchismes, représentant le "Miracle des Billettes" - © Jebulon
Vitrail de l’église Saint-Étienne-du-Mont à Paris, salle des Catéchismes, représentant le “Miracle des Billettes” – © Jebulon

Pour la petite anecdote : une représentation du miracle des Billettes est à découvrir sur le vitrail de la chapelle des Catéchismes, située dans l’église Saint-Étienne-du-Mont de Paris. Une autre oeuvre, dénommée Le Miracle de l’hostie profanée, évoque également cette histoire miraculeuse : il s’agit d’une prédelle en six panneaux qui a été peinte par Paolo Uccello entre 1467 et 1469, et qui est aujourd’hui exposée à la Galerie nationale des Marches d’Urbino.

inscription

Le seul cloître médiéval de la capitale

En premier lieu, la chapelle fut tout logiquement nommée la maison des Miracles. Puis, en 1299, les frères hospitaliers de la Charité-Notre-Dame, également nommés les religieux des Billettes, s’y sont installés. L’église devient alors un lieu de pèlerinage important pour la communauté des Billettes, qui lui donne son nom. Celle-ci sera d’ailleurs reconstruite en 1405 et y ajoute un cimetière, ainsi qu’un cloître en 1427.

Et s’il a été modifié à plusieurs reprises au cours de l’histoire, c’est bien le seul cloître du Moyen Âge qui subsiste aujourd’hui à Paris ! Pour le découvrir, il faut donc passer la porte de l’église des Billettes, située au 24 rue des Archives.

Église des Billettes
24 rue des Archives, 75004 Paris

À lire également : Savez-vous pourquoi cette église parisienne porte le nom de deux saints ?

Image à la une : Le cloître des Billettes – © Evous

Bandeau inscription newsletter



Visite Guidée
Le Passage des Panoramas à Paris

Les plus beaux passages couverts

Je m'inscris

News populaire