fbpx

Saviez-vous que cet ensemble de somptueuses villas à Paris date de l'Exposition universelle de 1867 ?

Isba de la villa de Beauséjour - © Paris Ancien
Par Romane Fraysse

En se promenant dans le 16e arrondissement, on ne se doute pas que l’on va tomber nez à nez sur des pavillons russes datant du XIXe siècle ! C’est pourtant le cas, dans une voie privée, qui a vu passer un célèbre couple de chanteurs.

L’histoire de Beauséjour

C’est au cœur du 16e arrondissement que se trouve un boulevard du nom de “Beauséjour“. Curieux nom, diriez-vous ! En effet, celui-ci a été percé en 1853 et prend le nom de l’ancien parc de Beauséjour, où se trouvaient de nombreux pavillons champêtres construits à la place d’écuries royales. Plusieurs personnalités y ont vécu, à l’instar de François d’Aix de La Chaise, Juliette Récamier, du poète François-René de Chateaubriand (qui y a écrit une partie de ses Mémoires d’outre-tombe), Gioachino Rossini (qui y organisait des soirées musicales), la princesse de Talleyrand, la princesse Dorothea von Benckendorff, la marquise d’Aguesseau, ou l’historien Jean-Jacques Ampère. C’est après l’ouverture du chemin de fer d’Auteuil, en 1856, que la villa de Beauséjour a ensuite été créée.

La villa de Beauséjour. DR
La villa de Beauséjour. DR

Des vestiges d’une exposition universelle

C’est au cœur de la villa Beauséjour que se trouvent de curieuses maisons semblant venir tout droit de la Russie ! En effet, à la fin du XIXe siècle, la capitale est fascinée par la culture russe, et l’on commence alors à voir apparaître de petits pavillons en bois typiques du pays lors de l’Exposition universelle de 1867. Celles-ci sont nommées des “isbas”. L’une d’elles a d’ailleurs été construite par des charpentiers russes à Saint-Pétersbourg et apportée en pièces détachées pour l’exposition, tandis que les trois autres sont des pavillons de briques et de pierre qui ont été recouverts par du bois récupérés dans les bâtiments de l’exposition.

La façade de la section russe à l’Exposition universelle de 1893
La façade de la section russe à l’Exposition universelle de 1893

Conçu par l’architecte Alphonse Lasnier entre 1867 et 1872, l’ensemble de ces pavillons a été vendu en 1881 à la veuve d’Isaac Pereire. Là aussi, des personnalités ont marqué l’histoire de Beauséjour en y emménageant. Il s’agit notamment du couple de chanteurs Michel Berger et France Gall, qui y héberge durant un temps la Québécoise Fabienne Thibeault. Les Isbas de la villa de Beauséjour restent toutefois relativement méconnues, du fait de leur emplacement en plein coeur d’une voie privée du 16e arrondissement.

Une isba de la villa de Beauséjour - © Cahiers de la Muette
Une isba de la villa de Beauséjour – © Cahiers de la Muette

Des Isbas, c’est quoi ?

Les Isbas sont des demeures traditionnelles russes ressemblant à nos chalets : elles sont composées d’une structure en bois et d’un toit de chaume en pente dont la hauteur dépend des arbres sous lesquels elles sont construites. Les premières constructions de ce genre remontent aux Xe et XIe siècles à Moscou et Novgorod. À cette époque, le sol était en terre battue, et le bétail, comme les cochons, était parqué à l’entrée. Puis, les isbas ont connu un meilleur confort au cours des siècles, avec notamment l’aménagement d’un poêle et d’une cheminée.

Les Isbas de la villa de Beauséjour
3ter et 6 villa de Beauséjour, 75016 Paris
11bis boulevard de Beauséjour, 75016 Paris

À lire également : Une balade russe au coeur de Paris

Image à la une : Isba de la villa de Beauséjour – © Paris Ancien



Visite Guidée
Paris la nuit avec du brouillard

Le Paris du crime

Je m'inscris

News populaire