Pourquoi n’y a-t-il pas de Stolpersteine à Paris ?

Avec Munich, Paris est la seule grande ville d’Europe qui refuse encore les Pavés de Mémoire, ces petits pavés de métal qui honorent la mémoire des victimes du nazisme, souvent juive, que l’on appelle Stolpersteine. On vous explique l’apparition de ce symbole.

Un mémorial à ciel ouvert

Terme allemand, « Stolpersteine » signifie littéralement « pierres sur lesquelles on trébuche ». Il s’agit de petits pavés en métal créés à l’origine par Gunter Demnig qui illustrent une manière de « se souvenir » des victimes de la Seconde Guerre mondiale. Les noms et date de naissance des victimes sont inscrits sur le pavé qui est ancré dans le sol. C’est en 1992 que Gunter Demnig commence à en poser clandestinement dans Berlin ; très vite, ces Stolpersteine s’installent dans de nombreuses villes européennes et deviennent un symbole de reconnaissance mondiale des atrocités de la Guerre. En 2018, on en dénombrait plus de 70 000 à travers l’Europe, la plupart étant désormais installés officiellement.

Seulement, Paris – et Munich – ont toujours refusé de suivre ce mouvement, refus justifié ainsi par la chargée de mémoire de la ville de Paris : ” Les Stolpersteine ne sont pas adaptés au travail de mémoire parisien. Les Juifs n’ont pas disparu de France, ils sont encore présents.
Les Stolpersteine renvoient une image qui ne convient pas à la France où 75% des Juifs ont survécu. Par ailleurs, marquer d’un signe distinctif, au sol, les lieux où les juifs ont vécu ne nous convient pas, marcher sur ces pierres ne constitue pas un symbole acceptable. Pour toutes ces raisons, le Mémorial de la Shoah n’a jamais voulu s’associer à ce projet, et nous partageons pleinement ces arguments“. Certains dénoncent néanmoins une volonté de la capitale d’enfouir son passé et d’échapper à sa responsabilité. C’est pourquoi une pétition adressée à la Ville de Paris a été lancée sur la plateforme en ligne change.org, afin de réclamer la possibilité d’en installer. Si d’autres villes françaises en ont fait poser à l’instar de Strasbourg et Bordeaux, les Stolpersteine ne sont cependant toujours pas d’actualités à Paris et nous ne devrions, a priori, pas en voir pousser dans les prochaines années.

Janvier 2016, Gunter Demnig pose un Stolpersteine à Turin, en Italie.

À lire également : Paris, un an après la 2nde Guerre mondiale

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités