fbpx

Connaissez-vous ce somptueux théâtre à Paris, qui a récemment fêté ses 160 ans d’existence ?

Théâtre du Châtelet © Dimitri Bourriau
Par Alexandre M

Dans l’optique des Jeux Olympiques de 2024 et du projet Grand Paris, la capitale connaît depuis plusieurs mois une importante série de travaux pour moderniser la ville et développer les réseaux de transport. Un défi de taille, qui n’est pas sans rappeler une précédente série de travaux connus par la capitale il y a 170 ans. Dans les années 1850, Paris était encore une capitale moyenâgeuse, où il ne faisait pas forcément bon vivre, respirer et circuler. Sous la houlette de Napoléon III et du baron Haussmann, Paris va progressivement se transformer en la capitale que l’on connaît aujourd’hui. Car en plus des bâtiments haussmanniens et des boulevards qu’il a fallu sortir de terre, cette transformation de Paris sous le Second Empire a aussi donné naissance à des bâtiments emblématiques de la capitale…

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Une volonté d’animer pleinement le centre de Paris

Si les premiers monuments qui viennent à l’esprit sont l’Opéra Garnier ou l’église Saint-Eugène-Sainte-Cécile, un autre témoignage de ce chapitre majeur de l’histoire de Paris se trouve dans le 1er arrondissement, non loin du Louvre et du Pont-Neuf. Visant à transformer et moderniser Paris, à en faire une capitale européenne de premier plan, le programme d’urbanisme de Napoléon III et du baron Haussmann ne pouvait pas ne pas s’intéresser aux lieux culturels. S’intégrant dans un projet plus large de réaménagement de la place du Châtelet, le théâtre du Châtelet est construit sur la partie ouest de place, et fait face à l’actuel Théâtre de la Ville. Deux œuvres que l’on doit à l’architecte Gabriel Davioud, qui œuvra également sur le palais du Trocadéro, la fontaine Saint-Michel, la mairie du 19e arrondissement ou encore le parc des Buttes-Chaumont, qui travaille sur ces deux théâtres de 1860 à 1862. Ce chantier entraîne par ailleurs la destruction des théâtres qui jalonnaient la partie nord du boulevard du Temple,où s’entassait un public populaire, afin de les remplacer par des théâtres plus spacieux et confortables, dans un quartier résidentiel. De fait, la plupart des petits théâtres n’ont pas survécu à cette expropriation et les trois plus importants furent privilégiés par la ville de Paris : le théâtre de la Gaîté, le Théâtre-Lyrique et l’ancien théâtre du Cirque Impérial, pour lesquels Davioud édifia les deux théâtres de la place du Châtelet. De quoi offrir à cette place emblématique de Paris un rayonnement plus joyeux et culturel, elle qui fut  aménagée à l’emplacement de l’ancienne forteresse du Grand Châtelet, qui servit de prison et de tribunal sous l’Ancien Régime, avant d’être détruite en 1808 sous le règne de Napoléon Ier. Un choix également motivé, selon Haussmann, par la volonté d’animer le centre de Paris “si plein de vie dans la journée” mais semblant “mort le soir”. Un emplacement de choix dans la ville qui fera écrire, la veille de l’inauguration du futur Théâtre du Châtelet, à son directeur Hippolyte Hostein : “Ce nouveau théâtre, quelle position unique ! Une salle immense pour te ruiner ; en face, le tribunal de commerce pour déposer ton bilan et le Palais de Justice pour être condamné ; à tes pieds, la Seine pour te jeter à l’eau. Tu aurais beau chercher, tu ne trouveras jamais mieux”.

Le Théâtre du Châtelet au premier plan © Adobe Stock
Le Théâtre du Châtelet au premier plan © Adobe Stock

Symbole du pouvoir napoléonien et du nouveau visage de Paris

L’inauguration du Théâtre du Châtelet a lieu le 19 avril 1862, en présence de l’Impératrice Eugénie de Montijo, avec comme premier spectacle la féerie à grand spectacle en cinq actes Rothomago de d’Ennery, Clairville et Monnier. À cette époque-là, le Théâtre du Châtelet est alors le plus grand théâtre de Paris, avec 2500 places disponibles. À sa création, la salle avait deux autres éléments qui la rendaient si singulière : une imposante scène et un plafond en verre, qui servait de façon ingénieuse à éclairer le théâtre avec un système de rétroéclairage. Une grandeur qui se dégage aussi par un caractère impérial : en plus de sa dénomination de “Théâtre Impérial du Châtelet”, difficile de ne pas voir les médaillons ornés du ” N ” napoléonien dans les écoinçons des façades. Autres éléments décoratifs emblématiques du théâtre : les quatre statues allégoriques que sont la Danse par Eugène Antoine Aizelin, le Drame par Elias Robert, la Comédie par Émile Chatrousse et la Musique par Jacques Hyacinthe Chevalier. Réalisées pour l’inauguration, elles ont disparu entre les événements de la Commune et 1892, sans qu’aucun dessin ou document ne subsiste. Il a donc été décidé de les reproduire en s’inspirant de photos anciennes, par le sculpteur Viorel Enache avec de la pierre provenant de Saint-Leu.

Allégories sur la façade du théâtre © Adobe Stock
Allégories sur la façade du théâtre © Adobe Stock

inscription

L’un des hauts-lieux de la vie artistique parisienne

Le Théâtre du Châtelet se veut essentiel à la culture artistique et musicale des Parisiens et ce, dès ses grands débuts. En 1873 s’installe l’Association des Concerts Colonne qui, dirigé par son fondateur Édouard Colonne fait découvrir au public du Châtelet les compositeurs français de son époque (Bizet, Saint-Saëns, Lalo, Massenet, Ravel…), ressuscite le génie de Berlioz et accueille des compositeurs tels que Tchaïkovski, Grieg, Richard Strauss ou Debussy pour qu’ils dirigent leurs propres œuvres. Il faut attendre le début du XXe siècle pour que le théâtre du Châtelet, qui obtient désormais une capacité d’accueil de 3600 places, s’ouvre à d’autres formes de spectacle : opérette, ballet, musique classique, etc… La danse y est particulièrement à l’honneur, notamment à travers les ballets russes de Serge Diaghilev. Tout au long du XXe siècle, le Châtelet est l’un des hauts-lieux de la vie artistique parisienne et un temple de l’opérette grâce notamment à Luis Mariano, qui y jouera plus de 900 fois. Propriété de la Ville de Paris depuis 1979, le Théâtre du Châtelet continue d’offrir une programmation toujours plus riche et variée, avec plus de deux cent dix représentations sur dix mois de l’année et quelque huit cents artistes. Après deux ans de travaux de rénovation et de mise aux normes, d’un coût de 35 millions d’euros, le somptueux théâtre voulu par Napoléon III a rouvert ses portes en 2019, et est depuis février 2023 sous la direction de l’auteur et metteur en scène Olivier Py, nommé par la maire de Paris, Anne Hidalgo. Avec l’ambition et l’objectif de continuer à faire vivre ce haut-lieu culturel, d’abord critiqué mais ô combien emblématique de l’histoire de Paris !

 

Théâtre du Châtelet
2 rue Édouard Colonne
75001 Paris

 

À lire également : Connaissez-vous l’histoire sordide de ce superbe théâtre parisien, auparavant une forteresse et une prison ?

Image à la une : Théâtre du Châtelet © Dimitri Bourriau

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l



Visite Guidée
Théâtre Robert Houdin

Le Paris des Magiciens

Complet

News populaire