C’était l’un des grands projets d’Anne Hidalgo pendant sa campagne : végétaliser (presque) tous les alentours du Champs-de-Mars et du Trocadéro pour créer une vaste promenade piétonne et végétalisée autour de la Tour Eiffel. Le projet a été voté par le Conseil de Paris et va donc voir le jour. On fait le point sur cette immense opération de réaménagement.

54 hectares de piétonnisation et de végétalisation

Ce grand jardin imaginé par l’architecte paysagiste américaine Kathryn Gustafsson a pour vocation de “redonner aux Parisiens l’envie de s’y promener” :  “On est vraiment sur un objectif de très grande piétonnisation“, soulignait la maire de Paris en mai 2019 lors de la présentation du projet de réaménagement du site : “On va avoir un jardin extraordinaire pour réentendre le chant des oiseaux“.

Concrètement, à quoi s’attendre ? À la fin du réaménagement, le pont de Iéna qui relie le Trocadéro à la Tour Eiffel sera entièrement piéton, avec un accès pour les transports en commun et les transports doux, et végétalisé. Sur le quai Branly, le nombre de voies passera de quatre à deux, dans une zone limitée à 20 km/h où les piétons seront prioritaires, tandis qu’un second espace de travaux sera ouvert en 2024, de la place Jacques Rueff à l’école militaire, pour une livraison un peu plus tard.

L’opération – baptisée « One » et en partie financée par la redevance que lui verse la Société d’Exploitation de la Tour Eiffel (SETE) – commencera fin 2021 ; les travaux devrait être achevés courant 2024 pour le pont d’Iéna et en 2030 pour le projet en intégralité.

À lire également : La Mairie de Paris veut repenser intégralement l’esthétique parisienne

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités