confinement-trocadero-paris-zigzag

Les experts s’accordent tous pour le dire : le pic épidémique de cette seconde vague de Coronavirus est derrière les Français, et plus particulièrement dans la capitale, où les chiffres de nouveaux cas baissent considérablement jour après jour. Du côté de la Mairie de Paris, on réfléchit déjà à l’après.

Il y a quelques semaines, on préparait déjà le pire dans les grandes villes, avec la crainte de devoir faire face à une vague encore plus meurtrière et violente que celle du printemps. À la mi-novembre, bien que touchée par cette seconde vague, la capitale a finalement vu le taux d’incidence du virus entre ses murs être divisé de quatre en moins d’un mois, faisant ainsi Paris l’un des départements les moins touchés de France.

Les spécialistes ont leur lot d’hypothèses sur l’explication de ce phénomène, certains vantant les vertus du couvre-feu, et d’autres celles de la fermeture des bars et restaurants. La conjugaison de ces facteurs et une prise de conscience des Parisiens semblent en tout cas avoir permis d’endiguer cette deuxième vague.

En prévision d’une troisième vague et par crainte de devoir prendre des mesures en urgences, Anne Hidalgo et son équipe réfléchissent en tout cas déjà à quelques scénarios. Dans les tuyaux, une grille comprenant quatre niveaux d’alertes serait à l’étude. Chacun de ces niveaux déterminerait alors des mesures prises à l’avance. Ce projet, à son achèvement, devrait être soumis au conseil de Paris puis à l’État.

À lire également :
Une réouverture des commerces dès le 27 novembre ?

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités