fbpx

Le premier dictionnaire amoureux de Paris

Par Roxane

Il était temps, vous l’attendiez tous… Nicolas d’Estienne D’Orves (comme la station de métro, ça tombe bien) signe chez Plon la version dédiée à Paris des célèbres “Dictionnaires Amoureux” de la maison d’édition.

Disponible depuis le 1er octobre, ce livre est une sorte de déclaration d’amour à la plus belle ville du monde. Le bouquin nous révèle des anecdotes sur Paris au fil des lettres de l’alphabet. De A (comme “accordéon”) à Z (comme Zucca, le photographe qui a photographié la ville sous l’Occupation allemande).

“Une sorte de parc d’attractions où chacun trouvera ses montagnes russes, sa barbe à papa et son train fantôme”, c’est ainsi qu’il décrit la capitale. Nicolas d’Estiennes D’Orves nous décrit son Paris, l’amour de sa vie.

Voici quelques extraits :

A comme… Autobus :
“J’aime les autobus. Oui : j’adooore les bus. Transport en commun de ceux qui savent prendre leur temps (et généralement le perdre), l’autobus parisien a conservé un charme particulier, qu’a perdu le métro et que n’aura jamais le RER. Le bus, c’est un état d’esprit. Un petit club subtil, assez mêlé. Presque une société secrète.”

C comme… Catacombes :
“Catacombes ! A lui seul ce mot fascine ou fait frémir. Il fleure le salpêtre et le mystère, l’ossuaire et le fantasme. “Arrête ! C’est ici l’empire de la mort.” Ainsi sont accueillis les visiteurs qui ont descendu les centre trente et une marches des catacombes de la place Denfert-Rochereau. Pendant un kilomètre sept, ils circulent alors dans d’étroits couloirs constitués de crânes et d’ossements.”

G comme… Garçon de café :
“Difficile d’obéir à sa légende. On est parfois l’esclave d’une réputation qui faut pourtant brandir à contre-coeur. Ainsi les garçons de café parisiens. La littérature, le cinéma, la photographie, la télévision nous présentent volontiers cette humanité androgyne (qu’ils soient mâle ou femelle : ils sont “garçons”) comme obéissant à une typologie bien précise. Rogue, agressif, vachard, taciturne, hautain, lymphatique, prétentieux, telles sont les innombrables épithètes auréolant les cadors du zinc.”

M comme… Métro : 
“Paris est parfois à la traîne. Alors que tout était là pour qu’elle fût la première à disposer d’un chemin de fer métropolitain, la voilà coiffée au poteau par Londres, New-York, Berlin, Chicago, Budapest puis Vienne… Sou Napoléon III, Flachat et Le Hir y pensaient déjà, dans les années 1853-1854. Il va pourtant falloir attendre.”

T comme… Touristes : 
“Dans une célèbre chanson, Andrex vantait les charmes du Paris international, arguant qu’il ne sert à rien de voyager puisque “on a tout ça en France”. Si l’antienne est potache, elle montre combien notre capitale est un carrefour. Ainsi certaines tables parisiennes sont-elles les aimants d’un cosmopolitisme gourmand et contrasté.”

Infos pratiques : 
“Dictionnaire amoureux de Paris”, Nicolas d’Estienne D’Orves
674 pages, édité chez Plon
25 euros



Visite Guidée
Théâtre Robert Houdin

Le Paris des Magiciens

Complet

News populaire