En période de crise sanitaire, la préfecture de police a toutes les compétences pour sanctionner un établissement accueillant du public dès lors que celui-ci ne respecterait pas les règles sanitaires. Et tandis qu’elle multiplie les fermetures administratives de bars parisiens de manière assez drastique, selon les gérants des établissements eux-mêmes, l’équipe municipale monte au créneau et demande la tenue d’une table ronde à ce sujet ce weekend.

Les gérants de bars en appellent à la Mairie

De nombreux gérants de bars et de restaurants parisiens, dont le 25° Est, place Stalingrad et le café Odilon, quai de la Marne, ont récemment pris contact avec la Mairie de Paris pour l’alerter de la fermeture administrative de leurs établissements, sur demande de la préfecture de police. Accusés de ne pas faire respecter les règles sanitaires en vigueur, ils disent avoir pris une sanction «sans avertissement écrit au préalable» et «sans amende antécédente».

Dans un courrier diffusé ce weekend, ils regrettent que leurs établissements ne soient “plus des lieux de vie” mais “des lieux de contraintes“. C’est pourquoi ils demandent “à ouvrir le dialogue avec l’ensemble des forces de l’ordre“. Le maire du 19e arrondissement s’est alors rangé de leur côté en demandant ce weekend une table-ronde avec toutes les parties concernées.

Mais le débat s’annonce houleux, puisque les chiffres diffèrent selon les parties. Quand la préfecture de police évoque 400 fermetures allant de 8 à 30 jours – 88 l’année dernière et 310 en 2021 -, les professionnels du secteur élève ce nombre à un millier. Espérons qu’ils trouvent très vite un consensus.

Photo Facebook – 25 Degrés Est –

A lire également :
La Mairie de Paris piétonnise les abords de 185 écoles

 

 

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités